Crédit immobilier : suppression du taux fixe ?

Selon diverses sources, le comité de Bâle, qui est chargé de réglementer le secteur bancaire, pourrait recommander début 2015 la suppression des taux fixes dans le cadre d’un prêt immobilier.

Prêt à l’habitat : vers la fin des taux fixes ?

En France, plus de 90 % des crédits immobiliers sont à taux fixe, mais ce type d’emprunt est de plus en plus menacé. C’est en tout cas que ce craignent les banques et les établissements de crédit Français.

Ces prêteurs ont même écrit un courrier commun au Comité de Bâle qui souhaite simplement abolir les crédits immobiliers à taux fixes et qui pourrait recommander cette mesure début 2015.

Pour cette instance internationale responsable du contrôle bancaire, le crédit à taux fixe est l’un des principaux facteurs qui déstabiliseraient le secteur bancaire en France.

A savoir que le prêt immobilier à taux fixe est le produit financier fétiche des Français (9 crédits immobiliers sur 10) qui trouvent ce système rassurant.

Suppression du taux fixe : quelles conséquences ?

La majorité des Français souhaitant financer un projet immobilier opte pour un prêt à taux fixe, la suppression de ce type de financement, si elle est adoptée, aurait des conséquences sur le marché immobilier.

Le comité de Bâle, qui défend les intérêts des prêteurs, souhaite changer les règles puisqu’il est persuadé que les taux d’intérêt vont remonter et il souhaite que la hausse soit supportée par les emprunteurs plutôt que les prêteurs afin de conserver un secteur bancaire serein.

Par ailleurs, pour les établissements de crédit, cette alternative risquerait de bloquer définitivement le marché immobilier alors qu’il est en phase de reprise.

En revanche, les prêteurs Français semblent être les seuls car il n’y a presque plus de pays où on pratique les crédits immobiliers à taux fixes.

Regroupement de crédit immobilier et taux fixe

En général, les emprunteurs optent pour les financements à taux fixe dans le cadre d’un projet de regroupement de crédit immobilier en raison de la sécurité qu’il procure, mais ce type de financement pourrait avoir des inconveniants aussi.

Pour un regroupement de crédit immobilier, le principal avantage est sa sécurité. L’emprunteur connait dès le départ le montant de ses mensualités et le coût total du crédit.

De plus, quelle que soit l’évolution de la conjoncture, la durée du crédit, le taux et les modalités ne changeront pas, sauf si le crédit est modulable.

En contrepartie, comme dans un crédit immobilier à taux fixe, l’emprunteur ne profitera pas des éventuelles baisses des taux d’intérêt et le coût du crédit à taux fixe est plus élevé que pour un crédit immobilier à taux variable.