Découvrez quels sont les critères pour emprunter et rembourser le capital d’un crédit pro pour les projets de création ou de reprise d'une société et ceux pour développer la croissance de son activité professionnelle déjà en exercice.

Comment fonctionne un prêt professionnel pour entreprise ?

Le prêt professionnel est un financement bancaire accordé à un dirigeant pour financer le développement de l’activité commerciale de son entreprise, mais aussi aux personnes physiques ou morales souhaitant des fonds pour créer une nouvelle société ou racheter un fonds de commerce existant.

Un crédit professionnel est un dit « amortissable » quand vous empruntez un capital affecté à un projet d’entreprise et le remboursez au fur et à mesure sur une durée stipulée dans l’offre de prêt. Le rythme des échéances versées à la banque s’effectue à un intervalle adapté aux capacités de remboursement de votre entreprise et à ses disponibilités en fonds propres. Il peut s’agir de versements mensuels, trimestriels, semestriels ou annuels. Chacun de ces remboursements comprend une partie du capital emprunté, la rémunération de la banque (les intérêts bancaires, les frais de dossier) et les diverses garanties.

Un dirigeant peut souscrire un prêt bancaire professionnel dans le but d’éviter qu’il ne dépense, en partie ou en totalité, la trésorerie disponible de son entreprise. Toute personne physique ou morale est en droit de demander un financement pour développer ou créer sa société, quelle que soit sa taille (TPE, PME, grande entreprise...) ou sa forme juridique.

Tout savoir sur les modalités de remboursement du crédit bancaire pour une société

L’établissement bancaire qui accepte de débloquer des fonds pour financer votre projet doit obligatoirement vous indiquer les modalités de remboursement dont : le capital emprunté, la durée pour le remboursement, et le taux annuel effectif global (TAEG).

À savoir que le TAEG permet de calculer le coût total du crédit en déduisant le montant du capital. Il se compose :

  • du taux nominal (intérêts bancaires) ;
  • du taux d’assurance ;
  • du montant des frais complémentaires (frais de dossier notamment).

Un tableau d’amortissement doit également vous être fourni après la signature de l’offre de prêt pro. Il détaille pour chaque versement, le montant des échéances, le capital restant dû, la part des intérêts et la date de prélèvement.

La durée d’amortissement d’un contrat dépend des capacités financières de la société et du montant de l’investissement. C’est donc un financement qui peut être fixé à court, moyen ou long terme.

Selon le projet professionnel que le chef d'entreprise souhaite financer, la somme empruntée peut être remboursée sur :

  • moins de 2 ans soit pour un besoin en trésorerie soit pour les projets d’un faible montant ;
  • entre 2 et 7 ans pour tous les autres besoins hors achat d’un bien immobilier ;
  • jusqu’à 15 ans, voire 20 ans, pour l’acquisition de murs commerciaux (local, bureaux, usine…).

Bon à savoir : très souvent, les contrats de prêt intègrent des clauses permettant à l’entreprise de rembourser par anticipation le capital restant dû avant la date de fin indiquée.

À savoir que le crédit pro n’a pas réellement de plafond quant au capital qu’il est possible d’obtenir auprès d’une banque. En l’occurrence, le capital débloqué est calculé en fonction du besoin à financer, de la qualité du business plan du dirigeant et de la santé financière de la société. Le montant de l'emprunt peut, dans cette logique, atteindre jusqu’à plusieurs millions d’euros. La seule condition est que le chargé bancaire estime que l’entreprise a les capacités pour assurer le rembourser du capital jusqu’à l’échéance du contrat.

Quels sont les critères bancaires pour obtenir un accord après une demande de crédit professionnel ?

La rédaction détaillée d'un business plan et d'une étude de marché

Préparation et argumentation font bon ménage quand un dirigeant souhaite contacter un établissement prêteur. En effet, l’interlocuteur va conditionner un accord de financement seulement si un business plan a été réalisé, au même titre qu'une étude de marché. Ces éléments vont aider à la compréhension du projet et à argumenter en quoi il va apporter un réel bénéfice à votre activité commerciale. N'oubliez pas de calculer avec précision votre budget et surtout le capital que vous devez emprunter.

Que ce soit pour développer, créer ou racheter une société, vous devez donc effectuer une projection des résultats financiers attendus sur plusieurs années. Un prévisionnel du chiffre d'affaires, de l'excédent brut d'exploitation (EBE), de la marge et du résultat net est alors à renseigner. Si votre besoin concerne la reprise d'une activité existante ou le développement de votre entreprise, vous devrez également indiquer ses résultats sur les 3 dernières années. Une comparaison sera ensuite effectuée par la banque pour décider si votre prévisionnel n'est pas utopique, mais bel et bien atteignable.

Dans son processus de décision, la banque analyse également, lors de son évaluation de faisabilité de la demande de financement, l'étude de marché qui doit être complète. Elle doit mentionner précisément le secteur dans lequel votre entreprise exerce son activité, ses opportunités et ses menaces, mais surtout comment elle se positionne par rapport à la concurrence (parts de marché, notoriété...).

À la vue de l'étude de ce business plan et de la situation financière de votre activité commerciale, de ses forces et ses faiblesses, la banque sera en capacité d'avoir suffisamment d'informations pour rendre sa décision de vous accorder ou non un prêt professionnel. Durant vos entretiens de présentation avec le banquier, vous devrez afficher une attitude sérieuse, montrer votre motivation et votre sens du business. Soyez convaincant et force de proposition, l'expert bancaire doit adhérer autant que vous, si ce n’est plus, dans la réussite de votre projet d'entreprise.

Notre expertise : meilleures seront les conditions de financement si votre entreprise affiche une trésorerie abondante, des résultats performants et peu, voire pas, d'incident de paiement. Tous les indicateurs témoignant de sa solvabilité seront une opportunité pour que vous négociez un meilleur taux d'intérêt nominal, ce qui va baisser le coût du crédit pro. Avant de réaliser votre demande de prêt pro en ligne ou dans une agence, soyez donc certain de soigner les comptes de la société le plus en amont possible.

L'entreprise doit verser un apport de 10 à 30 % pour obtenir un financement bancaire

L'apport dans un crédit pro est, par principe, une somme d'argent liquide que l'emprunteur doit verser afin de réduire le capital que la banque va lui accorder. C'est un critère très souvent requis pour le financement de projets professionnels. En débloquant un montant de prêt moins élevé, la banque va s'exposer moins lourdement en cas de non-remboursement de la créance.

Dans un prêt bancaire, l'apport permet donc d'améliorer la qualité de votre dossier. En effet, en versant une somme en provenance de la trésorerie de votre société ou de vos finances personnelles, vous allez démontrer à la banque que vous êtes engagé avec sérieux dans le financement de ce projet.

L'apport qui doit être réalisé n'est pas calculé en montant, mais en pourcentage de l’investissement total. Il est variable selon les types de projet exprimés par les dirigeants :

  • pour un projet de création d'entreprise, l'apport est très souvent égal ou supérieur à 30 % du coût total ;
  • pour un projet de reprise d'un fonds de commerce ou de développement de son activité commerciale, l'apport est compris entre 10 et 30 % en règle générale.

Il est toutefois difficile d'estimer précisément à l'avance le montant de son apport. C'est l'établissement bancaire, au cours de son étude de la demande de financement, qui se prononcera pour calculer la part qu'il doit représenter.

Peut-on obtenir un financement professionnel sans aides financières ?

Régulièrement la réussite d'une demande de financement, qui aboutit à un déblocage des fonds, repose sur la diversification des sources pour financer votre projet d'entreprise. Concrètement, vous devez rassembler le montant total requit pour votre investissement au moyen d'un apport personnel, d'un crédit bancaire, de dispositifs d'aides financières mais aussi de méthodes de financement alternatives.

Ce montage financier complexe, mais efficace, va encourager une banque à accepter d’investir dans le projet car le risque de non-remboursement va être dilué entre les différentes méthodes. L'organisme prêteur sera donc moins exposé si votre société subit des difficultés à l’avenir.

Votre prêt professionnel amortissable peut ainsi être couplé avec divers dispositifs d'aide en faveur de la création, de la reprise ou encore du développement d'une activité commerciale. ACRE, NACRE, subventions locales et régionales, etc… Durant les préparatifs de votre dossier, notre conseil est vous renseigner auprès de votre mairie, de Pôle Emploi et de la Chambre du commerce et de l'industrie de votre département pour connaître vos droits.

Se contenter uniquement d'un prêt pro amortissable serait, dans votre plan de financement, un mauvais signal envoyé à la banque. Il existe d’autres moyens pour les entrepreneurs de lever des fonds à injecter dans le lancement de sa société ou son développement : la "love money", le financement participatif, l'augmentation en capital ou encore l'appel à des fonds d'investissement ou à des "business angels".

Quels projets d’entreprise peut-on financer avec une offre de crédit professionnel ?

Avec les offres de crédit amortissable pour les entreprises, un dirigeant peut trouver une solution personnalisée pour financer tous les besoins liés à son activité commerciale tels que :

  • de la trésorerie pour financer son besoin en fonds de roulement nécessaire à l’accomplissement du cycle d’exploitation ;
  • les projets pour développer les stratégies de croissance de son activité ;
  • l’acquisition de biens d’équipement, de véhicules ou de stock de marchandises (matière première…) ;
  • l’achat de murs commerciaux ;
  • le financement d’une diversification des activités professionnelles ;
  • la reprise d’un fonds de commerce, etc…

Financez vos projets d'entreprise et développez votre activité

L'entreprise peut financer son besoin en trésorerie à court terme

Le crédit professionnel de trésorerie vous permet d’emprunter une somme que vous allez utiliser pour régler vos dépenses de fonctionnement de votre cycle d'exploitation et à son développement.

La trésorerie, constituée de capitaux propres, peut répondre à plusieurs de vos besoins à court terme et particulièrement à votre BFR. L’objectif est que vous puissiez éviter les écarts de trésorerie en payant vos factures dans l’attente d’encaisser les revenus de vos clients.

L’emprunt d’un capital pour augmenter vos réserves de liquidités est souvent remboursé rapidement à la banque. En effet, la durée dépasse rarement quelques mois dans ce cas, avec un seuil maximal de 2 ans.

Bon à savoir : votre besoin en trésorerie peut aussi être financé à l’aide d’une opération d’affacturage en obtenant des avances régulière.

Emprunter pour développer la croissance de sa société et acheter ses besoins matériels

Grâce aux financements bancaires dédiés aux sociétés, vous avez la possibilité de réussir à financer tous vos projets visant à déployer vos stratégies commerciales : améliorer votre productivité, développer votre chiffre d’affaires, vous lancer sur un nouveau marché, etc…

Ces projets de croissance peuvent faire référence à vos besoins en équipement, mais il est tout aussi envisageable d’investir pour développer vos ressources immatérielles. Voici plusieurs exemples :

  • achat d’un ou de plusieurs véhicules pro (voiture de commercial, utilitaire, camion, véhicule du BTP…) ;
  • achat de matériel de tous types (équipements informatiques, mobilier…) ;
  • renouvellement d’un parc de machines industrielles ;
  • travaux de rénovation et d’amélioration des locaux de l’entreprise ;
  • extension de l’activité à l’international ;
  • recherche et développement (R&D) ;
  • rachat d’entreprise (LBO & OBO), etc…

Investir dans l'achat de murs commerciaux

Les murs commerciaux sont des biens immobiliers où il est possible d’y exercer son cycle d’exploitation. Votre entreprise peut avoir trois principaux intérêts à investir dans des locaux :

  • devenir propriétaire des murs du local où s’exerce votre activité professionnelle ;
  • réaliser un investissement locatif afin que votre société touche des revenus fonciers grâce un bail commercial ou un bail précaire ;
  • financer des parts dans une SCI professionnelle.

Avec l’ensemble des offres de crédit professionnel, vous pouvez obtenir une solution ajustée en fonction de votre situation et de vos besoins. Pour financer des murs commerciaux, qui représente un gros investissement, il est par exemple possible de contracter un crédit in-fine ou amortissable qui peut durer jusqu’à 20 ans.

Bon à savoir : si votre société n’est pas propriétaire de ses locaux (bureau, commerce de proximité, entrepôt, garage…) et qu’elle souhaite être en location, elle peut avoir à financer un Pas-de-porte. Il s’agit d’une indemnité parfois réclamée par un propriétaire, avant la signature d’un bail commercial. Si vous souhaitez conserver les fonds propres de votre entreprise, vous pouvez tout à fait emprunter un capital pour financer le coût du Pas-de-porte.

Financer la création d'une entreprise ou la reprise d’un fonds de commerce

Qu’il s’agisse de créer votre entreprise ou de racheter un fonds de commerce déjà existant, vous allez avoir besoin d’un financement pour réaliser votre projet professionnel.

Les offres pour la création ou la reprise d'une société couvrent toutes les activités et l'ensemble des secteurs. Elles peuvent vous apporter une solution adaptée à la fois à la taille de votre société (Micro entreprise, TPE, PME, Grande entreprise…), à sa forme juridique ainsi qu’à son organisation (SARL, SA, SAS, EURL, société par actions, SCI, etc…).

Voici une liste non exhaustive des secteurs et des activités commerciales de biens et de services qui peuvent être financés à l’aide d’un prêt pro :

  • industriel ;
  • auto-entrepreneur ;
  • commerce de proximité (boulangerie, pâtisserie, boucherie…) ;
  • biens et services ;
  • professions libérales ;
  • artisan ;
  • agriculteur ;
  • création de toute enseigne de franchise et développement de son réseau ;
  • hôtellerie & restauration ;
  • professionnels de l’immobilier (marchand de biens, promoteur ou foncière),
  • sociétés du BTP ;
  • professions médicales ;
  • start-up & fintech, etc…

Comment faire sa demande de prêt professionnel en ligne ?

Avec Solutis, vous bénéficiez d’une expertise avec à disposition toutes les offres de crédit professionnel pour créer, racheter ou développer une activité commerciale. En ayant accès aux meilleures offres actuelles du marché, votre projet sera financé avec les conditions les plus attractives, soit au taux le plus bas en vigueur selon votre situation.

Les conseillers experts vont vous accompagner pour étudier la faisabilité de votre projet pro. Avant de vous soumettre une offre personnalisée, un ensemble de critères sont pris en compte dans l’analyse de faisabilité :

  • la nature de votre projet et le montant souhaité ;
  • votre chiffre d’affaires et votre rentabilité ;
  • vos créances en cours de remboursement ;
  • votre business plan ;
  • le montant de l'apport prévu dans l’opération ;
  • les aides publiques auxquelles vous êtes éligibles ;
  • votre secteur d’activité ;
  • votre localisation géographique et son importance par rapport à l’activité de l’entreprise ;
  • votre expérience professionnelle dans le domaine d’activité ;
  • les garanties (hypothécaire, caution, nantissement…).

Tout type de projet peut prendre forme, quel que soit son niveau de complexité, grâce à l’accompagnement proposé par les conseillers qui vont vous accompagner afin de le concrétiser. Il suffit, avant toute chose, de compléter notre formulaire de demande de crédit pro disponible en ligne et sans frais. Un expert prendra ensuite contact avec vous pour vous guider jusqu’au déblocage des fonds.