Comment calculer le coût d'un rachat de crédits ?

Le coût d'un rachat de crédit, ou regroupement de crédits, est calculé avec le Taux annuel effectif global (TAEG). Ce taux permet de déterminer combien coûte un rachat de crédits pour l'emprunteur, c'est-à-dire le montant total des frais générés par le déblocage de l'opération et qu'il devra payer tout au long de la durée du contrat. Le TAEG et le coût de votre rachat de prêts sont des données qui figurent obligatoirement dans le contrat.

Chaque rachat de crédits occasionne un coût pour l'emprunteur qui lui est propre. Il n'existe pas un montant fixe et défini de frais. En effet, le coût d'un rachat de crédits dépend de la nature des crédits rachetés (prêt immobilier et crédits la consommation), du montant total regroupé, de la durée de remboursement choisie, de la prise d'une garantie et de divers autres paramètres tels que : le taux d'intérêt débiteur proposé par la banque, le taux d'assurance, les frais de dossier et les éventuels frais de mandat si l'emprunteur a fait appel aux services d'un intermédiaire bancaire spécialisé.

Pour obtenir le coût exact d'un rachat de crédits, vous devez prendre le coût total de l'opération, qui est inscrit dans votre contrat, et soustraire ce montant avec le capital emprunté. Exemple fictif du calcul : si la somme de vos encours de crédits rachetés puis regroupés est de 35 000 € et que le coût total de l'opération est de 42 785 €, alors les frais de ce regroupement de prêts sont de 7 785 €.

Quels sont les frais lors d'un rachat de crédit ?

Combien coûte un rachat de crédit : liste des frais

Pour savoir combien coûte un rachat de crédit, il faut recenser l'ensemble des frais qui ont un coût pour l'emprunteur et le mode de calcul de chacun de ces éléments.

1. Les intérêts bancaires calculés avec le taux débiteur fixe

Le taux d'intérêt débiteur d'un rachat de crédit va permettre de calculer le montant des intérêts bancaires versés au prêteur tout au long de la période de remboursement. Ces intérêts constituent donc un coût supplémentaire pour l'emprunteur en dehors du capital total qu'il doit rembourser.

Parmi l'ensemble des frais, les intérêts peuvent représenter la part la plus importante dans le coût d'un rachat de prêts. L'emprunteur doit donc veiller à trouver le meilleur taux par rapport à sa situation sur un ensemble de propositions de financement. Un courtier, ou intermédiaire en opération de banque, peut faciliter la recherche du taux le plus bas en comparant rapidement les offres proposées par ses partenaires bancaires.

2. Le coût de l'assurance de prêt déterminé par le taux d'assurance

L'assurance emprunteur représente une part non moindre dans le coût total d'un rachat de crédit. Suivant les conditions de financement, ce contrat peut représenter jusqu'à un tiers du coût de l'opération. Calculé par le taux d'assurance, ce contrat est systématiquement demandé par le prêteur puisqu'il garantit le remboursement du regroupement de prêts en cas de décès ou d’invalidité de l'emprunteur. Le coût mensuel des primes d'assurance dépend essentiellement de l'état de santé de l'emprunteur, de sa situation professionnelle et de ses activités personnelles.

Grâce à la loi Lagarde, pour diminuer le coût de l'assurance, vous pouvez réaliser une délégation d'assurance avant de signer votre offre de rachat de crédits en souscrivant un contrat moins cher chez la concurrence. La loi Hamon autorise ensuite les emprunteurs à pouvoir en changer durant les 12 premiers mois qui suit la date de signature de l'offre de prêt et ensuite à chaque date anniversaire du contrat.

3. Les frais de prise de garantie

Quand un emprunteur réalise un rachat de crédit et que ses encours de prêt immobilier représentent plus de 60 % des encours totaux rachetés, une garantie hypothécaire ou une caution est systématiquement demandée. Une prise d'hypothèque permet à la banque de saisir le bien et de récupérer le montant de sa vente si l'emprunteur est en incapacité totale de rembourser son regroupement de crédits durant la vie du contrat.

Cette garantie, souscrite grâce à l'intervention d'un notaire qui va rédiger un acte authentique, n'est pas gratuite et occasionne des frais de quelques centaines à plusieurs milliers d'euros. Ces frais de prise de garantie comprennent principalement les émoluments du notaire, la taxe de publicité foncière et la contribution de sécurité immobilière. Le coût de l'hypothèque dépend essentiellement du montant du rachat de crédits à garantir et du bien hypothéqué.

Si vous ne souhaitez pas mettre en garantie une maison ou un appartement dont vous êtes propriétaire, vous pouvez demander de faire un rachat de crédit sans hypothèque en souscrivant une caution auprès d'un organisme spécialisé. La caution a l'avantage d'être moins chère que l'hypothèque, mais votre dossier doit être d'abord accepté auprès d'un organisme de cautionnement.

4. Les frais de dossier et les frais de mandat

Les frais de dossier sont une commission facturée par la banque qui finance le regroupement de crédits. Il s'agit d'une rémunération qui s'applique pour le temps passé à étudier et analyser en profondeur l'éligibilité d'une personne qui souhaite faire un rachat de prêts. En règle générale, le montant à payer pour les frais de dossier est compris entre 1 et 2 % du capital emprunté.

En ce qui concerne les frais de mandat, ou frais d'intermédiation, c'est également une commission prise par un courtier si l'emprunteur a fait sa demande de rachat de crédit auprès d'un professionnel de ce type. Les frais de mandat viennent rémunérer le travail accompli par le courtier.

Il est bon de noter que, d'après la loi MURCEF, les frais de dossier ainsi que les frais de mandat ne sont facturés à un emprunteur qu'à condition que sa demande de financement est accordée et que les fonds sont débloqués. Tout organisme de confiance respectera cette loi.

5. Les Indemnités de remboursement anticipé (IRA)

Quand vous réalisez une demande de rachat de crédits, les emprunts à racheter vont faire l'objet d'un remboursement anticipé auprès de vos anciens créanciers. Tous les crédits à la consommation et prêts immobiliers peuvent être remboursés par anticipation. Toutefois, si le crédit auto, le prêt personnel et le crédit renouvelable (ou crédit revolving) n'occasionnent aucuns frais quand ils sont rachetés, le rachat de crédit immobilier peut conduire l'emprunteur à devoir payer des Indemnités de remboursement anticipé (IRA) à son ancien organisme prêteur.

Les IRA sont des pénalités réclamées par le prêteur d'origine quand l'emprunteur ne va pas jusqu'au bout de son contrat de crédit immobilier. Le coût des indemnités de remboursement anticipé est entièrement encadré par la loi et est égal soit à 6 mois d'intérêts bancaires au taux moyen du contrat soit à 3 % du capital restant dû racheté. La méthode de calcul sélectionnée est celle qui sera le plus favorable en matière de coût pour l'emprunteur.

information-button
Faites une demande de rachat de crédit et baissez votre taux d'endettement 
MA DEMANDE GRATUITE & SANS ENGAGEMENT ›

Comment obtenir une offre de regroupement de crédits pas chère ?

Pour optimiser le coût total de votre rachat de crédit, vous devez mettre toutes les chances de votre côté au moment de réaliser votre demande.

Le premier conseil est d'abord de montrer à la banque ou au courtier que vous gérez correctement votre argent et vos comptes. En effet, présenter une situation financière équilibrée est un signal positif envoyé aux organismes financiers. Vous devez donc veiller à ne pas avoir de dettes financières (retard d'impôt, dettes de jeux, dettes familiales...) ou de découvert bancaire par exemple.

Pour trouver le meilleur taux de rachat de crédit, il faut également comparer plusieurs offres concurrentes sur le marché. Si ces démarches peuvent vous prendre beaucoup de temps, vous pouvez vous rapprocher d'un courtier pour qu'il les réalise entièrement à votre place. L'avantage de ces intermédiaires bancaires, tel que Solutis, c'est que vous allez profiter à la fois de son expertise et de ses conseils, mais vous allez également recevoir plusieurs offres de financement en une seule demande gratuite et sans engagement. Le courtier va ainsi vous faciliter la vie en trouvant pour vous le taux le plus bas parmi les propositions de ses partenaires bancaires. Son rôle est également de simuler le coût total de ces offres de rachat de crédit.

Enfin, à la souscription d’un nouveau prêt immobilier, il est recommandé de ne pas hésiter à négocier le montant des indemnités de remboursement anticipé avec votre conseiller bancaire. L’objectif est de réduire le coût des IRA lorsque vous ferait racheter votre crédit à l’habitat. Si le conseiller n’est pas tenu d’accepter cette demande, rien ne vous empêche toutefois de tenter une négociation pour réduire par la suite le coût de votre rachat de crédit.

séparateur rouge

D'autres articles pour approfondir