Entreprise responsable

Entreprise responsable

Satisfaction client

Satisfaction client

Respect de l’environnement

Respect de l’environnement

Peut-on inclure un découvert bancaire dans un rachat de crédit ?

Le regroupement de crédit, ou rachat de crédit, permet de rassembler vos crédits en cours y compris un découvert bancaire autorisé et un découvert bancaire non autorisé.

Les découverts sont considérés comme des dettes et peuvent tout à fait faire l’objet d’un regroupement avec des crédits conso et/ou immobilier. Il sont donc parfaitement éligibles à un rachat de crédit que vous soyez propriétaire ou locataire.

Bon à savoir : Vous avez la possibilité de faire racheter un ou plusieurs découverts provenant aussi bien d'une banque classique que d'une banque en ligne.

Pourquoi faire un rachat de crédit avec son découvert bancaire ?

Un découvert bancaire difficile à rembourser est un signe de fragilité budgétaire. Si les charges de votre foyer sont trop élevées par rapport à vos revenus et que vous vous retrouvez régulièrement à découvert, le rachat de crédit est une solution pour retrouver un meilleur équilibre dans vos dépenses.

Il s’agit en effet d’une opération bancaire qui consiste à regrouper le capital restant dû de vos crédits en cours avec le montant de votre découvert bancaire. Vous obtenez ensuite un seul crédit à la mensualité réduite par rapport à vos mensualités totales initiales.

Tout en améliorant votre reste à vivre, le rachat de votre découvert bancaire avec vos crédits permet par conséquent de rembourser le montant de votre découvert à votre banque, mais également de regagner en sérénité dans vos finances.

Faire une demande de rachat de crédit avec un découvert bancaire

Si vous souhaitez regrouper vos encours de crédit et votre découvert bancaire dans un rachat de crédit, vous pouvez vous faire accompagner par un conseiller expert de Solutis. Pour cela, il suffit de réaliser une demande de rachat de crédits sur notre formulaire qui est gratuit et sans engagement.

Il est à préciser qu’une baisse de vos mensualités suppose généralement un allongement de la durée de remboursement et donc un surcoût. En revanche, vous verrez votre taux d’endettement diminuer et vous serez en capacité d’amortir avec plus de facilité votre nouvelle mensualités de prêt.

Comment fonctionne un découvert bancaire autorisé ?

Un découvert bancaire autorisé est une facilité de trésorerie destinée à honorer les paiements sur un compte de dépôt sans provision suffisante. Il s’agit donc d’une tolérance qui vous permet de régler un paiement par carte bancaire, prélèvement ou chèque avec la mise à disposition d’une somme supplémentaire calculée selon vos revenus.

Ce « mini crédit » de courte durée peut être mis en place lorsque vous effectuez une ouverture de compte bancaire ou durant la vie de votre convention de compte en en signant un avenant. Ce contrat doit mentionner l’ensemble des modalités de votre découvert bancaire avec notamment le montant maximal autorisé puis les sanctions prévues en cas d’irrégularité.

A noter qu’il est possible de mettre une autorisation de découvert aussi bien sur un compte personnel que sur un compte joint.

Comment est calculé le montant de l’autorisation de découvert ?

Il n’existe pas de règle pour calculer une autorisation de découvert, bien que le montant soit souvent compris entre 30 et 70% des revenus d’un foyer. Il varie aussi avec la qualité de la gestion des comptes.

Votre conseiller peut par exemple refuser de mettre en place un découvert autorisé s’il juge que vous n'avez pas la capacité à rembourser ce « mini crédit » qui peut aggraver votre situation financière. La banque doit donc s’assurer que votre budget est compatible avec la souscription de cette facilité de trésorerie et que son utilisation peut être remboursée.

Par ailleurs, si vous ne réapprovisionnez pas votre compte à découvert dans un délai imparti, la banque peut mettre fin à votre découvert autorisé. Dans ce cas, vous ferez l’objet de sanctions prévues par la convention de compte. Si vous réalimentez votre compte dans le délai prévu, le découvert sera préservé.

Comment sont calculés les agios d’un découvert bancaire autorisé ?

Bien que la souscription d’un découvert autorisé soit gratuite, tout comme sa présence en continue sans utilisation, des frais bancaires sont déclenchés dès que vous y avez recours. Ce sont les fameux agios qui sont calculés de la manière suivante :

  • les agios forfaitaires : dès l’entrée en découvert autorisé, vous devez payer un minimum forfaitaire dont le coût est précisé dans la brochure tarifaire annuelle de votre banque.
  • les agios proportionnels : ces frais sont calculés selon le montant de votre découvert, sa durée et un Taux annuel effectif global (TAEG) propre à chaque politique tarifaire.

La formule de calcul des agios proportionnels est la suivante : (montant du découvert x nombre de jours) x TAEG

Bon à savoir : Le TAEG d’un découvert, au même titre que les taux des crédits à la consommation et des prêts immobilier, est plafonné par un taux d’usure qui est actualisé tous les trimestres par la Banque de France. Les banques ne peuvent pas facturer des agios avec un TAEG supérieur à l’usure en vigueur.

Découvert bancaire non autorisé : comment ça marche et quels sont les frais ?

Un découvert non autorisé survient à deux occasions : quand le solde de votre compte sans autorisation de découvert est négatif ou quand le solde négatif dépasse votre découvert maximal autorisé. En cas de découvert non autorisé, la banque ou l’établissement de crédit est en droit de rejeter tous vos paiements par chèque et par carte ainsi que les prélèvements qui se présentent.

Dès la constatation d’un incident, la banque doit impérativement vous informer du défaut de provision de votre compte bancaire en fixant une date pour le réalimenter. Passé ce délai, la banque peut interdire tout paiement par chèque et suspendre votre carte bancaire.

Lors du rejet de tout paiement ou prélèvement, la banque doit vous informer en précisant les risques que vous encourez. En conséquence, sans régularisation, vous vous exposez à des sanctions lourdes dont :

  • des frais de commission d’intervention pour chaque transaction rejetée
  • la clôture ou le remplacement de la carte de paiement
  • l’interdiction d’émettre de nouveau des chèques bancaires
  • une inscription au Fichier central des chèques (FCC) et l’application du statut d’Interdit bancaire (IB)
  • une clôture éventuelle du compte de dépôt

Les agios ne sont finalement pas les frais bancaires les plus excessifs au contraire des commissions d’intervention. Ces frais sont nettement plus élevés. Chaque opération rejetée entraîne un coût d’environ 8 € tandis que les lettres pour un refus de prélèvement sont facturées une vingtaine d’euros.

Enfin, l’inscription dans le Fichier central des chèques, pour une durée de 5 ans au maximum, entraîne de graves conséquences pour le titulaire d’un compte. C’est-à-dire la suppression de l’autorisation de découvert, l’interdiction de payer par chèque, bien souvent la mise en place d’une carte à autorisation systématique et une grande difficulté à obtenir un nouvel emprunt.