Comment adapter le montant de ses mensualités quand on est au chômage ?

Avec les récentes difficultés sanitaires et économiques, des entreprises n’ont pas eu d’autres choix que de mettre au chômage partiel certains de leurs employés pour garder la tête hors de l’eau. D’autres ont même procédé à des licenciements économiques. Le chômage est une perte de salaire sèche pour les salariés concernés puisqu’ils ne touchent qu’une indemnité égale à 84 % de leur ancienne rémunération nette.

Cette baisse des revenus peut conduire les personnes au chômage, pendant un temps ou de façon prolongée, à faire une croix sur les projets à court et moyen terme, mais pas que. Les dépenses de la vie courante peuvent également être supérieures aux revenus d’un foyer qui se sont réduits après la perte d’emploi.

Si vous êtes dans ce genre de situation, les crédits à la consommation et immobilier que vous avez souscrits par le passé sont susceptibles de devenir plus difficiles à rembourser dans les mois qui vont suivre, comme en témoigne votre taux d’endettement qui va augmenter. Passé le seuil des 33 %, ce taux peut indiquer que les charges de crédit sont trop élevées dans le budget mensuel. Dans ce cas, il faut peut-être envisager une modulation de ses mensualités, un report de remboursement ou le rachat de ses crédits.

Alléger ses mensualités avec la modulation de crédit immobilier

Les contrats de prêt immobilier insèrent bien souvent une clause qui autorise l’emprunteur à déclencher une modulation de ses mensualités. Concrètement, moduler un crédit revient à diminuer, voire à augmenter, le montant des échéances. Après une perte d’emploi, il est bien évidemment logique de s’orienter vers la réduction de l'échéance du prêt à l’habitat.

Une modulation à la baisse nécessite cependant d’allonger la durée de remboursement du financement et donc, par la même occasion, d’alourdir son coût global. En effet, l’emprunteur va payer un surplus d’intérêts bancaires au prêteur ainsi que des mois supplémentaires de cotisation d’assurance de prêt.

Cette clause de modulation à toutefois ses limites puisque la banque ne peut pas, en règle générale, réduire de plus d’un tiers le montant d’une mensualité.

Comment reporter ses mensualités de crédit en cas de chômage ?

Si le chômage est qualifié de partiel, c’est que le salarié a une chance de retrouver son emploi une fois que la situation économique de l’employeur se sera assainie. Durant cette période, l’emprunteur peut demander un report de son crédit. Cette action enclenche alors une procédure de suspension du crédit puisque l’emprunteur va ainsi reporter le remboursement de sa mensualité.

La suspension peut agir de deux façons suivant le type de report : reporter partiellement ou reporter totalement les échéances pour une durée définie avec la banque. La suspension partielle consiste à reporter la part du capital restant dû des mensualités. L’emprunteur continue de cette manière d’amortir chaque mois la somme des intérêts et sa prime d’assurance de prêt pendant toute la durée du report de son crédit. Dans le cadre d’une suspension totale, seule l’assurance continue d’être versée.

Quoiqu’elle puisse paraître idéale, la suspension de crédit doit être discutée en détail avec le conseiller bancaire. Elle peut augmenter considérablement le coût d’un emprunt, alors qu’elle ne dure généralement que quelques mois. Une personne au chômage partielle ou de façon prolongée a donc tout intérêt à prendre ses précautions, surtout si le retour à son poste de travail se fait rapidement.

Peut-on faire un rachat de crédit pour baisser ses mensualités en étant au chômage ?

L’autre possibilité en étant au chômage partiel ou prolongé, c’est de s’orienter vers une opération bancaire afin de diminuer le montant des mensualités en cours. C’est d’ailleurs l’objectif du regroupement de crédits, aussi surnommé le rachat de crédit, qui permet de réunir tous les prêts en cours d’un foyer dans une seule échéance. L’objectif est d’obtenir de nouvelles modalités de remboursement et d’alléger le montant de la mensualité. L'opération est d'ailleurs bien plus efficace que la modulation pour réduire son total de mensualité.

Les prêts sont rachetés par un nouvel établissement bancaire qui va ensuite mettre en place le financement. Une fois ses prêts regroupés, l’emprunteur au chômage disposera alors d’une mensualité réduite et calculée suivant son budget au moment de sa demande, en contrepartie d’augmenter la durée et le coût global de l’opération.

La faisabilité d’un rachat de crédit dépend de beaucoup de facteurs qu’il convient de vérifier avec un conseiller bancaire ou un courtier. Une analyse approfondie est donc indispensable car l’interlocuteur doit s’assurer que l’emprunteur soit en capacité de rembourser le financement, ce qui peut être difficile en étant au chômage. Mais des éléments peuvent pousser le dossier, notamment si le conjoint exerce une activité professionnelle en CDI.

Étant donné que chaque dossier est particulier, la meilleure alternative est d’effectuer une demande de rachat de ses crédits auprès d’un courtier. Son objectif est effectivement de conseiller l’emprunteur et de l’accompagner vers l’offre la plus adaptée.

séparateur rouge

D'autres articles pour approfondir