Quel est le principe du « crédit crunch » ?

Provenant d’une expression anglaise, le « crédit crunch » signifie le resserrement du crédit en français. Cette situation survient lorsque les banques ne peuvent plus répondre favorablement aux nombreuses demandes de crédit des particuliers et des professionnels qu’à l’accoutumée.

Ce resserrement des offres de crédit est généralement provoqué par l’emballement d’une crise de confiance à l’égard de la solvabilité des emprunteurs. Cette défiance peut causer une dégradation significative des critères de financement sur le marché interbancaire et sur celui des crédits adressés aux foyers et aux entreprises.

Pour un emprunteur autrefois éligible, un resserrement du crédit va donc potentiellement conduire à un refus de la banque de financer sa demande. Cette crise de pénurie de financement entraîne alors un cercle vicieux où les agents économiques se retrouvent en grande difficulté pour réussir à consommer et à investir.

Un resserrement des offres de prêt qui peut conduire à une crise financière

Pour rappel, le marché interbancaire est celui où les banques se prêtent mutuellement de l’argent entre elles afin qu’elles puissent se refinancer. Ce marché est un donc moyen pour les établissements de crédit d’obtenir rapidement des liquidités. Si des craintes s’y installent, les banques peuvent commencer à appréhender une incapacité à récupérer les sommes prêtées, les encourageant à être prudente et à raréfier les accords de financement entre elles.

À la suite des difficultés pour emprunter sur ce marché réservé aux banques, les organismes de prêt vont accorder moins d’offres de crédit à la consommation et de prêt immobilier destinés à la clientèle des particuliers, mais aussi celles empruntées par les professionnels.

La pénurie des offres de financement contribue ainsi paralyser le développement de l’activité économique d’un pays, voire la réfréner. Cette dynamique négative va également générer encore plus de méfiance sur le marché interbancaire, ce qui crée une boucle qui s’autoalimente pouvant conduire à de très graves crises financières comme en 2008.

Quelles sont les solutions pour empêcher l’arrivée d’un « crédit crunch » ?

Pour éviter un resserrement de crédit, les banques centrales peuvent par exemple manipuler les taux directeurs. Ces indicateurs ont une vraie incidence sur la production des offres de crédit proposées par les établissements bancaires.

Depuis plusieurs années, la Banque centrale européenne a notamment incité les banques à prêter leurs liquidités plutôt qu’à les épargner grâce à un taux de dépôt négatif. Concrètement, les banques perdent de l’argent en déposant leurs fonds à la BCE, ce qui les encourage plutôt à les injecter dans le financement des projets des particuliers et des professionnels. Cela correspond à une politique accommodante à l’emprunt, bien aidée par des taux d’intérêt nominaux extrêmement faible, afin d’élargir le nombre de foyers éligibles à un financement immobilier. Sachant que l’achat d’un logement est le poste de dépense le plus élevé des ménages, l’objectif de la BCE revient de ce fait à encourager la consommation et la croissance économique de la zone euro.

séparateur rouge

D'autres articles pour approfondir