En quoi consiste le taux d’endettement maximum ?

Tout simplement, le taux d’endettement maximum représente la part des revenus mensuels maximale dédiée aux remboursements de vos prêts et charges mensuelles.

Jusqu’à récemment le taux d’endettement maximum recommandé par le HCSF (le Haut Conseil de Stabilité Financière) était de 33 %. Cependant depuis janvier 2021, le HSCF a mis à jour ses recommandations et le nouveau taux d’endettement maximum a été augmenté de deux points par rapport au taux initial, dorénavant fixé à 35 %.

Ce taux est crucial et sera le point d’amorce auprès des banques. En effet, on peut résumer le taux d’endettement à votre capacité d’emprunt. Elle va prendre la forme d’une somme que vous allez pouvoir allouer aux remboursements de votre prêt.

Le taux d’endettement maximum n’est pas un élément qu’il faut ignorer pour une demande de crédit à la consommation ou de prêt immobilier. C’est pour cela qu’il faut le calculer au préalable. Pour le calcul, trois données sont nécessaires : les charges de l’emprunteur, le montant de la mensualité du nouveau crédit et pour finir les revenus de l’emprunteur

Le calcul de taux d’endettement se présente tel que : taux d’endettement = les charges (+ mensualités) / revenus *100

Bon à savoir : le HCSF a récemment annoncé que ses mesures allaient adopter un caractère juridique et obligatoire. Les banques ne respectant pas ces nouvelles règles se verront infliger une amende.

Quels sont les effets d’une hausse du taux d’endettement maximum en 2021 ?

L’augmentation du taux d’endettement va permettre aux ménages, qui auparavant ne rentraient pas dans les critères requis, de pouvoir souscrire un prêt bancaire. À condition que la durée du crédit immobilier n’excède pas 25 ans. Cette mesure vise à protéger les personnes contractant un crédit notamment en les prémunissant contre les situations de surendettement.

Cette nouvelle mesure s’applique aux banques et autres établissements de crédit. Les infrastructures bancaires vont être dans la capacité de prêter aux ménages rentrant dans les 35 % d’endettement. Toutefois, les banques ont la possibilité d’outrepasser cette règle sous certaines conditions. Ainsi elles peuvent déroger à la règle à hauteur de 20 % de leurs crédits accordés, tout en prenant compte que 80 % des dossiers profitant de la dérogation doivent bénéficier aux primo-accédants et aux foyers souhaitant acquérir une résidence principale. Tout comme elle protège les emprunteurs, les banques aussi sont couvertes par cette mesure protectrice. En effet elle va limiter le nombre de foyers en défaut de paiement et en incapacité de rembourser leur crédit immobilier.

Le taux d’endettement maximum est-il le seul critère important lors d’un crédit ?

Bien que le taux d’endettement maximum soit un critère essentiel pour l’obtention d’un prêt, les banques vont être regardantes sur d’autres conditions, qui peuvent influencer l’acceptation ou le refus du crédit conso ou immobilier souhaité.

Le reste à vivre :

Parmi les éléments qui vont rentrer dans l’appréciation des banques dans les différents dossiers, il y un autre indicateur. En effet, les établissements bancaires portent leur attention sur le reste à vivre. Cette somme qui vous reste à la fin du mois pour vivre après la déduction de vos charges peut jouer un rôle important dans la décision des banques.

Cependant cette variable est à prendre au cas par cas car elle n’a pas la même signification et les mêmes conséquences selon les situations. En effet un reste à vivre de 1 000 euros avec un fort taux d’endettement pourrait dégrader les conditions de vie du ménage. Alors qu’un haut taux d’endettement avec un reste à vivre de 5 000 euros ça n’est pas forcément préoccupant, les organismes de prêt peuvent considérer que cette personne sera capable de supporter une augmentation de son endettement et que ses charges affecteront peu son confort de vie.

La gestion des comptes :

Il est normal que les revenus intéressent les organismes de crédit mais la gestion des comptes fait tout aussi partie des éléments pris en compte. En effet en regardant comment est géré votre argent, les banques vont pouvoir se faire une idée sur votre capacité à gérer vos revenus en fin de mois. Elles vont être moins enclines à accorder un crédit si la personne se retrouve régulièrement à découvert. Or un profil qui ne présente pas d’irrégularité dans la gestion de son porte-monnaie va plutôt être apprécié.

Le saut de charge :

Votre viabilité financière peut aussi être visible grâce au saut de charges. C’est la différence entre votre loyer et le montant de votre future mensualité de votre prêt immobilier. Par exemple, si votre loyer actuel est de 1 000 euros et qu’à la souscription d’un emprunt, vos mensualités sont établies à 700 euros, alors le saut de charges est de 700 – 1 000 euros = - 300 euros. Ce résultat négatif est signe d’un budget moins important. Et si comme expliqué précédemment, les organismes bancaires constatent une bonne gestion de votre argent, vous avez toutes vos chances d’obtenir cet emprunt.

Bon à savoir : des critères autres que financiers entrent dans la balance de décision notamment les renseignements sur votre situation actuelle. Comme la stabilité de votre emploi ou encore si vous avez des enfants à charge.

Peut-on emprunter un crédit au-delà de 35 %, soit le taux d’endettement maximum ?

Bien qu’il existe la règle des 35 % pour le taux d’endettement, la réalité peut être un peu plus compliquée. En effet dans certaines situations les banques se permettent d’accorder des crédits même si le taux d’endettement dépasse les 35 %, il peut atteindre 40 %, voire 45 % dans des cas spécifiques.

En tenant compte de ce qui a été dit un peu plus haut, les profils pouvant supporter un taux d’endettement supérieur au taux recommandé par le HCSF sont peu nombreux. Ce sont les ménages disposant d’un haut revenu. Ainsi si l’augmentation des charges ne dégrade pas leurs conditions de vie, et que le reste à vivre est suffisant pour les dépenses quotidiennes, alors l’emprunt bancaire peut être envisagé.

Comment baisser son taux d’endettement ?

Il existe des solutions pour faire baisser votre taux d’endettement notamment si vous souhaitez, dans un futur proche, souscrire un nouveau crédit pour financer un nouveau projet ou simplement réduire vos mensualités.

Rembourser par anticipation un prêt en cours

L’une des solutions est de rembourser par anticipation vos crédits en cours en privilégiant le remboursement de vos crédits à la consommation. En effet si vous avez la capacité financière de rembourser l’un de vos crédits actuels, vous allez par la même occasion réduire vos charges et de ce fait baisser votre taux d’endettement. Il est possible de solder un crédit grâce à votre épargne.

Renégocier les conditions de son crédit immobilier

Il vous est possible de baisser votre taux d’endettement en renégociant votre crédit immobilier quand le contexte est profitable, c’est-à-dire quand les taux pratiqués ont grandement baissé par rapport aux taux appliqués lors de l’octroiement de votre crédit immobilier. Si cette baisse est assez conséquente et qu’elle permet aussi de couvrir les frais associés à la renégociation ou au rachat, comme les frais de dossier ou les IRA, alors il est possible d’envisager cette opération.

Pour renégocier son crédit immobilier, il est conseillé de constater une différence d’au moins 0,80 % à 1 % entre le taux actuel et celui de votre prêt si vous souhaitez envisager une renégociation ou un rachat. Pareillement, il est recommandé de se situer dans le premier tier de votre remboursement car c’est durant cette période que vous remboursez la majorité des intérêts, il vous serait peu profitable de renégocier votre prêt dans les dernières années de remboursement de votre crédit.

Baisser son taux d’endettement grâce au regroupement de crédits

Le regroupement de crédit peut s’avérer tout aussi efficace si on souhaite diminuer son taux d’endettement. Le regroupement de crédit, ou plus communément appelé rachat de crédit, permet une réduction de vos mensualités en regroupant plusieurs de vos crédits en cours sous un seul emprunt.

Cela offre plusieurs avantages entrainant une baisse de votre taux d’endettement et un réaménagement de votre durée de remboursement.

Avec la baisse de votre taux d’endettement à l’aide d’un rachat de crédit, il vous sera possible avec une gestion du budget plus simple, de dégager des fonds pour financer un autre projet par exemple ou bien d’avoir un reste à vivre plus important.

Bon à savoir : dans le cadre d’un rachat de crédits, votre taux d’endettement peut être supérieur à 35 % avant opération. Son objectif est, en partie, de faire justement diminuer votre taux en dessous ou proche de ce seuil.

séparateur rouge

D'autres articles pour approfondir