Le rachat de prêts encadré et réglementé

Le regroupement de crédits n’est pas donné à tous, un intermédiaire bancaire (entreprise) et un salarié doivent avoir la capacité d’exercer cette profession, un encadrement qui vise à éviter les manipulations frauduleuses et qui met de sérieuses barrières à l’entrée de ce marché.

Rappelons qu’un intermédiaire de banque est un organisme qui travaille par le biais de mandats obtenus auprès d’établissements de crédits qui l’autorisent à proposer leurs offres de financement, dont notamment le regroupement de crédits.

L’ACPR, haute autorité de la banque de France, a justement pour mission d’encadrer ces professionnels et de s’assurer de leur bon fonctionnement avec pour objectif principal, le consommateur, c’est à dire l’emprunteur.

La capacité professionnelle chez les intermédiaires de banque

Chaque salarié étant concerné par la distribution de produits bancaires doit répondre à une réglementation afin de garantir aux clients un professionnel bien formé, que ce soit les dirigeants ou les salariés au sein de la structure.

Les fonctions de chaque salarié doivent être définies de façon très précise, permettant ainsi de justifier à tout moment leur capacité professionnelle. Si le salarié réalise des actes d’intermédiation (conseiller, analyste), il devra suivre une formation suivant le degré demandé (niveau 1, 2 ou 3).

Un salarié qui dispose d’emblée des conditions requises (diplôme, formation ou expérience dans le domaine de la finance de plus de 2 ans) pourra prendre son poste rapidement et l’employeur devra pouvoir justifier de cette capacité. Autrement, les salariés et stagiaires devront suivre une formation pour obtenir cette capacité.

Capacité professionnelle : quels intérêts pour l’emprunteur ?

La capacité professionnelle assure à l’emprunteur de faire face à un conseiller professionnel formé et/ou expérimenté dans le domaine de la finance. Par ailleurs, ce professionnel doit disposer d’un casier judiciaire vierge, une sûreté supplémentaire pour l’emprunteur.

Cette capacité professionnelle ne garantit cependant pas à l’emprunteur d’obtenir le meilleur conseil ou la meilleure analyse pour son projet de regroupement de crédits, cet atout est propre aux connaissances du conseiller dans les offres des partenaires et dans les critères de recevabilité. C’est l’expérience et le savoir-faire de l’intermédiaire qui sont prépondérants à ce niveau.

La capacité professionnelle reste une exigence réglementaire, certains intermédiaires bancaires vont plus loin pour assurer un meilleur service à leurs clients, c’est notamment le cas avec la certification ISO 9001.