L’importance du régime matrimonial dans une demande de prêt

Après un mariage, votre couple peut avoir des projets à financer en commun en ayant recours à un prêt personnel, comme acheter une nouvelle voiture familiale, effectuer des travaux chez vous ou partir en voyage par exemple. Mais chaque marié peut aussi décider d’emprunter un crédit pour un projet remboursé uniquement de sa poche. En effet, il n’est pas rare dans un couple que chacun ait ses propres passions ou besoins qui réclament un financement.

En fonction de votre régime matrimonial, les conditions de souscription et de remboursement d’un financement peuvent sensiblement varier pour un couple marié. En effet, le régime permet de préciser si les revenus et le patrimoine de chacun des conjoints sont mis en commun ou indépendants de l’un et de l’autre. Le type de régime et ses obligations vont donc avoir une incidence sur votre demande de prêt personnel.

Obtenir un prêt personnel après un mariage sous un régime séparatiste

Avec un régime séparatiste, tel que les régimes de la séparation des biens et de la participation aux acquêts, les mariés sont considérés comme financièrement autonomes. Vous êtes par conséquent libre de souscrire un prêt personnel sans avoir l’accord de votre conjoint.

Dans ce cas présent, vous empruntez sans co-emprunteur tandis que la banque vous accordera un capital calculé en fonction de vos propres revenus et non pas sur ceux perçus par l’autre membre du foyer. Ce dernier n’est également en aucun cas solidaire de la dette en cas de retard dans le versement des mensualités, vous en êtes donc le seul responsable.

Obtenir un prêt personnel après un mariage sous un régime communautaire

A l’opposé d’un régime séparatiste, un régime communautaire (communauté réduite aux acquêts, communauté de meubles et d’acquêts ou communauté universelle) va mettre en commun les revenus du couple, leurs patrimoines et surtout les dettes qu’ils ont contractées et qu’ils doivent rembourser. Il peut s’agir du patrimoine et des dettes acquis avant ou après le mariage suivant le contrat.

Avant d’accorder un prêt personnel, la banque doit alors veiller à recueillir l’accord respectif des deux mariés pour un régime communautaire. En cas d’insolvabilité d’un des deux mariés s’occupant de verser la mensualité, la banque est en droit de se tourner vers le second conjoint qui est solidaire du remboursement du prêt jusqu’à la fin du contrat.

Faut-il avoir un co-emprunteur pour faire un prêt personnel après un mariage ?

Si votre conjoint n’est pas systématiquement dans l’obligation d’avoir un statut de co-emprunteur suivant votre régime matrimonial, sa signature est en revanche préférable que ce soit pour un crédit à la consommation et pour un prêt immobilier.

Il y a principalement deux avantages à ce qu’il soit co-emprunteur d’un prêt personnel :

  • Votre conjoint pourra prendre le relai pour rembourser le crédit en cas de coup dur (chômage, perte de revenu, arrêt maladie…) ;
  • Vos revenus et ceux de votre conjoint vont s’additionner et augmenter votre capacité à emprunter un montant plus élevé.

Comme pour toute demande de financement, vous devez ainsi montrer à la banque suffisamment de garanties qui vont appuyer votre capacité à rembourser le financement. La présence des deux mariés dans les clauses du contrat en tant que co-emprunteurs est donc un argument non négligeable qui peut encourager l’établissement bancaire à vous accorder votre prêt personnel pour vos projets.

information-button
Financez votre projet ou obtenez une trésorerie avec le prêt personnel en ligne
MA DEMANDE GRATUITE & SANS ENGAGEMENT ›

 

séparateur rouge

D'autres articles pour approfondir