Le paiement sans contact échappe à l’opposition

Le paiement sans contact échappe à l’opposition

Les cartes bancaires sur lesquelles leur titulaire a fait opposition pour perte ou vol sont rendues inactives par les banques. Toutefois, il semblerait que le paiement sans contact reste actif, au grand dam des usagers.

Les cartes de paiements sans contact sont entrées dans les habitudes

Payer par carte bancaire est devenu une véritable habitude pour les consommateurs. Plus besoin de faire l’appoint ou d’aller retirer du liquide au DAB, pour régler ses achats. Payer une commission est devenu encore plus rapide avec le paiement sans contact. Avec cette technologie, il n’est plus nécessaire de renseigner son code secret pour valider la transaction. Un simple mouvement de la main permet de régler un montant de 30 euros maximum. Le plafond initial était de 20 euros mais il a été rehaussé à l’automne 2017.

Toutes les cartes émises après cette période embarque le nouveau plafond. Les détenteurs d’une carte limitée à 20 euros devront attendre le renouvellement de leur carte bancaire ou en demander une nouvelle. Cependant cette dernière option sera payante selon les établissements bancaires. Le paiement sans contact est donc une véritable avancée. Mais il subsiste un risque.

En cas de vol de carte bancaire, le malfaiteur peut utiliser la carte pour réaliser des achats en ligne qui ne requiert pas de renseigner le code secret mais seulement les coordonnées de la carte. En revanche, il peut réaliser des paiements sans contact auprès des commerçants équipés.

Faire opposition ne désactive pas totalement la CB

Pour éviter les fraudes, l’usager qui a perdu ou s’est fait volé sa carte doit faire opposition pour la rendre inactive. Le voleur ne pourra plus l’utiliser, en théorie… Selon un magazine spécialisé dans la consommation, faire opposition ne désactiverait pas toujours le paiement sans contact. Il relate ainsi la mésaventure d’un usager bancaire qui a perdu sa carte bancaire et a fait opposition. Mais dans les jours suivants, elle constate plusieurs prélèvements après la date d’opposition. Il s’agit de plusieurs paiements sans contact. Lors d’une telle transaction, le sans contact ne nécessite pas d’autorisation de la part de la banque.

Le groupement CB a, pour l’instant, trouvé une parade qui n’est pas totalement satisfaisante pour le consommateur. En réalité, la carte bancaire embarque un plafond pour le montant total des transactions sans contact sur une période donnée. Ce plafond est propre à chaque banque. En pratique, si de nombreux achats sans contact sont effectués, le terminal de paiement demandera d’insérer la carte de manière classique.

La loi protège l’usager contre ce genre de pratiques. En effet, dès lors qu’une carte est utilisée frauduleusement sans son code à 4 chiffres, les sommes déboursées doivent être remboursées intégralement.


Dernières actualités Banque
Après les Millenials, les familles sont les cibles des banques Après les Millenials, les familles sont les cibles des banques 20/10/2018 - Un service bancaire pour toute la famille. Voici la nouvelle offre proposée par un établissement bancaire. Pour fidéliser,...
Infographie : les fonds responsables prennent du galon Infographie : les fonds responsables prennent du galon 19/10/2018 - Depuis quelques années, le monde de la finance commence à faire ses premiers pas en direction d’investissements « ...
Quand les banques veulent profiter du boom de la LOA Quand les banques veulent profiter du boom de la LOA 18/10/2018 - Depuis quelques années, la LOA (location avec option d’achat) est devenue le principal mode de financement de véhicules...
Le paiement mobile ne décolle pas en France Le paiement mobile ne décolle pas en France 17/10/2018 - Alors que les transactions par le biais des mobiles sont destinées à un avenir radieux, les premiers chiffres révélés...
Quand la hausse de l’endettement privé inquiète la Banque de France Quand la hausse de l’endettement privé inquiète la Banque de France 16/10/2018 - Malgré la baisse du nombre de cas de surendettement, l’endettement privé a progressé de 5 % en France l’année dernière....