Taux d’intérêt presqu’au plus bas : la tendance va-t-elle durer ?

Taux d’intérêt presqu’au plus bas : la tendance va-t-elle durer ?

Selon les derniers résultats des différents baromètres, les taux d’intérêt des financements à l’habitat oscillent entre stabilité et léger recul. Ils restent très proches des niveaux historiques. Cependant, ce statu quo va-t-il durer ? Faut-il profiter de ces crédits bon marché maintenant ?

Taux d’intérêt immobiliers : la tendance est toujours à la baisse

Le mois dernier, le taux d’intérêt moyen (toutes durées de remboursement confondues, hors assurance et coût annexes) est tombé à 1,47 %, contre 1,49 % un mois plus tôt selon les chiffres publiés par l’Observatoire Crédit Logement/CSA.

Les autres baromètres montrent que depuis août 2017, les barèmes reculent doucement de l’ordre de 2 points de base par mois. Ainsi, le niveau actuel du taux moyen se rapproche du record absolu à la baisse atteint en novembre 2016 : 1,31 %.

Cette tendance baissière concerne toutes les durées d’emprunt et tous les types de financement (crédit, rachat de crédit). Dans le détail, la moyenne tourne autour de 1,50 % sur 15 ans, 1,70 % sur 20 ans ou encore 1,90 % sur 25 ans. A savoir que les banques proposent également des décotes supplémentaires par rapport aux taux moyens affichés. L’Observatoire Crédit Logement/CSA montre, par ailleurs, que 85 % des banques proposent des barèmes sur 20 ans sous la barre de 1,90 %.

La tendance baissière est-t-elle durable ?

Du rythme annuel de l’inflation qui tourne actuellement à 1,3 %,  aux recommandations des régulateurs (BCE, comité de Bâle) en passant par le niveau de l’OAT 10 ans de la France qui a vu son niveau doubler en seulement 18 mois, de nombreux facteurs militent en faveur d’une augmentation des taux d’intérêt des crédits immobiliers accordés aux particuliers.

Pourtant, la hausse des taux n’est pas d’actualité. Avec des objectifs commerciaux très ambitieux, les établissements bancaires cherchent activement de nouveaux clients et leur principal, voir seul, moyen pour les séduire, c’est le prêt à l’habitat à très bas coût.

Si cette stratégie est particulièrement favorable aux emprunteurs, il faut savoir que les prêteurs en tirent aussi bénéfice. Non seulement, les prêteurs consolident leurs fonds propres, mais elles peuvent aussi équiper les nouveaux clients en assurances ou autres placements pour constituer leurs marges. De ce fait, la tendance baissière des taux semble être durable, la prudence doit toujours rester de mise. Le marché, la politique de la BCE, la conjoncture…, pourraient soudainement contraindre les banques à revoir leur politique commerciale et à remonter leurs grilles de taux.

Alors, faut-il profiter de ces crédits bon marché maintenant ?

A savoir qu’une banque est avant tout une entreprise qui cherche à faire un profit et qui cherche à maximiser ses marges. De ce fait, les prêteurs ne pourront pas continuer éternellement à prêter à marge réduite. Si actuellement aucune remontée des barèmes n’est programmée, il faut savoir que la hausse des coûts du crédit est inéluctable. En d’autres termes, les taux d’intérêt des crédits immobiliers accordés aux particuliers vont progresser à court ou moyen terme. Reste à savoir si elle sera graduelle ou brutale. Selon certains observateurs, la moyenne toutes durées confondues pourrait bien atteindre les 1,65 % d’ici fin 2018.

Cette hausse graduelle ou brutale va certainement impacter le marché du crédit immobilier. Certains profils emprunteurs seraient même exclus du marché si les barèmes progresseraient de 50 points de base. Il s’agit des primo-accédants non éligibles au PTZ ou encore les foyers modestes dans les villes où le marché immobilier est tendu.

Autres profils emprunteurs très sensibles à la hausse des taux : les emprunteurs souhaitant faire un rachat de crédit immobilier. En fait, l’intérêt d’un rachat de crédit immobilier est plus important avec un taux de moyen de 1,47 % (barème moyen actuel) qu’avec une moyenne de 1,65 % (prévision d’ici fin 2018).

En conclusion, la conjoncture actuelle, la politique commerciale des banques, la politique monétaire de la BCE sont actuellement favorables au financement à l’habitat. De ce fait, la période est idéale pour un projet de prêt ou de rachat de crédit immobilier.


Dernières actualités Immobilier
CITE, la porte ouverte à la réintégration des fenêtres CITE, la porte ouverte à la réintégration des fenêtres 19/12/2018 - Les changements de fenêtre pourraient faire leur retour au sein du CITE. Mais s’agit-il...
Achat d’un bien immobilier, c’est toujours le moment d’emprunter Achat d’un bien immobilier, c’est toujours le moment d’emprunter 17/12/2018 - Les taux d’intérêt des prêts à l’habitat devraient se maintenir au moins...
2018 a souri au marché de l’immobilier ancien 2018 a souri au marché de l’immobilier ancien 09/12/2018 - Les transactions du marché de la pierre ont connu un réel dynamisme au cours des...
Infographie : comment effectuer une délégation d’assurance emprunteur ? Infographie : comment effectuer une délégation d’assurance emprunteur ? 07/12/2018 - Une délégation d’assurance nécessite de respecter des étapes précises. Retour...
Les Français sont moins nombreux à posséder un patrimoine financier Les Français sont moins nombreux à posséder un patrimoine financier 06/12/2018 - Les inégalités de patrimoine se creusent en France en 2018, alors que les retraités...