Entreprise responsable

Entreprise responsable

Satisfaction client

Satisfaction client

Respect de l’environnement

Respect de l’environnement

Qu’est-ce qu’un métier à risque lors de la souscription d’une assurance emprunteur ?

La profession exercée est un critère important dans l’évaluation du coût d’une assurance de prêt immobilier, au même titre que les activités sportives. Concrètement, un emprunteur est susceptible d’être confronté à un risque d’instabilité professionnel ou d’accident qui peut détériorer sa condition physique, l’empêcher de réaliser ses tâches de la vie courante voire causer un décès.

Une profession à risque conduit le bénéficiaire à remplir un questionnaire professionnel dédié qui va permettre d’identifier les différents éléments pouvant augmenter le risque d’assurance tels que :

  • un lieu de travail potentiellement risqué,
  • l’utilisation d’outils dangereux,
  • la mise à disposition d’une arme à feu de service,
  • la manipulation de substance nocive ou mortelle,
  • la conduite récurrente d’un véhicule durant les heures de travail, etc…

Métiers à risque : conditions d’exclusions et surprime

En récoltant des informations sur le métier et les tâches accomplies par l’emprunteur dans le cadre de ses fonctions, la compagnie d’assurance va être en capacité de mesurer l’exposition aux risques de celui-ci. Cette étape permet ensuite à l’assureur de formaliser une proposition commerciale avec une tarification adaptée à la situation personnelle mais également professionnelle de l’emprunteur.

La banque peut demander, suivant les métiers des personnes du foyer, à ce que des garanties facultatives soient souscrites en complément de la garantie décès afin de renforcer la protection, ce qui va accroître le coût de l’assurance. Mais plus une profession est risquée, plus il y a des chances que des conditions d’exclusion soient inscrites dans les clauses d’un contrat. Le bénéficiaire peut alors décider de les accepter, et ne pas être assuré pour ces risques, ou de les racheter. Dans cette dernière hypothèse, l’assureur va réévaluer le coût la cotisation d’assurance de prêt en ajoutant une surprime.

Bon à savoir : face aux risques professionnels, certains professionnels peuvent refuser un rachat d’exclusion. C’est-à-dire que l’assuré ne sera pas couvert si le risque anticipé se concrétise durant la vie du contrat. Il est également envisageable que l’assureur refuse de couvrir le financement, puisqu’il n’a aucune obligation de donner une réponse favorable à une demande de contrat.

Quels sont les métiers à risque dans une assurance de prêt ?

Les assureurs disposent tous d’un listing où ils classent des métiers dans une catégorie jugée à risques qui peuvent nécessiter le paiement par l’assuré d’une surprime pour être couvert. Toutefois, il arrive que quelques professions soient totalement exclues par les compagnies d’assurance qui refusent tout bonnement de couvrir les métiers les plus dangereux.

Voici une liste de métiers pouvant être qualifiés à risque :

  • policier,
  • gendarme,
  • militaire,
  • sapeur-pompier,
  • secouriste,
  • agent de sécurité,
  • journaliste,
  • ingénieur nucléaire
  • pharmacien,
  • agriculteur,
  • convoyeur de fonds,
  • ouvrier,
  • intermittent du spectacle,
  • chauffeur routier…

Métiers à risque : comment trouver un contrat d’assurance de prêt au meilleur prix ?

Quand il faut assurer un prêt immobilier, penser à la délégation d’assurance va permettre de trouver une offre moins chère que les contrats proposés par les organismes prêteurs, appelées l’offre de groupe. Les personnes dont la profession est jugée à risque vont payer un malus sur le montant de leur cotisation, ils ont par conséquent tout intérêt à chercher une meilleure offre d’assurance de prêt pour en réduire son coût. La délégation d’assurance est aussi bien réalisable avant de signer l’offre de prêt que durant toute la période de remboursement du crédit immobilier.

L’emprunteur peut faire plusieurs estimations en se rendant dans des compagnies d’assurance ou en faisant appel à un intermédiaire bancaire, plus communément appelé courtier. Ce professionnel va présenter le dossier à ses partenaires assureurs, comparer les devis proposés en retour puis sélectionner l’assurance de crédit au meilleur prix et adaptée aux risques professionnels.

Bon à savoir : si l’emprunteur a changé d’emploi pour une profession qui n’est plus à risque, faire une délégation d’assurance peut permettre d’obtenir un nouveau contrat sans surprime.

Délégation d’assurance : quand peut-on en faire la demande ?

L’emprunteur, qu’il ait un métier à risque ou non, est tenu de respecter deux points lors d’une délégation d’assurance :

  • faire sa demande de changement d’assurance dans un délai spécifique,
  • apporter un nouveau contrat qui comprend des garanties aux moins équivalentes à celui de base, inscrites dans la Fiche d’information standardisée (FISE) donnée gratuitement par le conseiller bancaire.

Il existe plusieurs délais si l’emprunteur souhaite changer d’assurance de prêt pendant qu’il rembourse ses mensualités. Ce changement peut en effet intervenir lors des 12 premiers mois du crédit, il suffit d’en faire part à son conseiller. Une fois la première année écoulée, l’emprunteur peut changer d’assurance à chaque date anniversaire de la signature de l’offre de prêt. Attention, il doit cependant prévenir la banque au minimum 2 mois avant cette échéance.

Bon à savoir : il peut être judicieux d’allonger ce délai à 3 voire 4 mois afin d’anticiper les charges administratives intempestives qui peuvent finir par rendre la délégation d’assurance impossible.