Entreprise responsable

Entreprise responsable

Satisfaction client

Satisfaction client

Respect de l’environnement

Respect de l’environnement

Comment faire pour renégocier une assurance prêt immo ?

Pour renégocier son assurance emprunteur, il faut faire une délégation d’assurance de prêt. En effet, l’opération de renégociation d’assurance-crédit n’existe pas à proprement dite. En pratique, il suffit de quitter le contrat en cours pour un autre. La renégociation se fait donc en changeant de compagnie d’assurance. Pour négocier un meilleur contrat ou bien une formule adaptée, l’emprunteur particulier peut s’adresser à une assurance en délégation. En optant pour la délégation, l’assuré peut réaliser des économies sur le montant de sa couverture de prêt.

Pour réussir une renégociation d’assurance, il faut respecter une condition majeure : l’équivalence des garanties. Dans contrat initial, la banque a fixé des garanties de base nécessaires pour couvrir le prêt en cas de décès ou d’invalidité de l’emprunteur. Pour connaître les garanties minimales exigées, l’emprunteur peut consulter la fiche d’information standardisée (FIS). L’équivalence des garanties est donc une condition à respecter pour espérer réussir la renégociation d’assurance emprunteur individuelle.

Comment éviter que la banque refuse la renégociation d’assurance emprunteur

Le banquier est en mesure de refuser une délégation d’assurance. Mais il doit motiver sa décision. Généralement, la principale raison du refus et la non-équivalence des garanties. La nouvelle offre renégociée ne couvre pas l’emprunteur autant que le contrat actuel.

Une autre raison du refus de délégation d’assurance : quand la renégociation intervient hors délai. En effet, des délais doivent être respectés pour faire la demande de renégociation. Ainsi, quand le prêt immobilier a été signé il y a moins de 12 mois, l’emprunteur doit envoyer sa nouvelle offre au moins 15 jours avant le premier anniversaire du contrat.

Si le crédit immobilier a plus de 12 mois, il est possible de renégocier l’assurance emprunteur chaque année, à la date d’anniversaire de la signature du contrat de prêt. Il faut faire parvenir l’offre renégociée au moins 2 mois avant la date limite annuelle.

La banque n’a donc pas le droit de refuser la renégociation de l’assurance de prêt uniquement pour une raison purement commerciale : retenir un client. L’établissement bancaire a aussi des obligations légales. Par exemple, si le refus n’est pas motivé, il s’expose à une amende administrative de 3 000 euros. Idem, si la banque ne respecte pas les délais pour répondre à la demande de renégociation de l’offre d’assurance de l’emprunt.

Si la délégation est faite dans les règles et que le contrat renégocié est équivalent, la banque acceptera la nouvelle couverture.

Renégociation d’assurance de prêt immobilier pour faire des économies

La renégociation d’une assurance de prêt, c’est-à-dire la délégation, permet de réaliser des économies considérables sur la couverture emprunteur. En effet, lors d’un financement immobilier, le montant de l’assurance-crédit représente une part considérable du coût total : jusqu’à 30 %. En optimisant le coût de l’assurance, un emprunteur peut économiser plusieurs milliers d’euros, selon son profil et le crédit immo en cours.

En faisant une délégation, l’emprunteur va chercher une offre auprès des assureurs alternatifs. Ces contrats peuvent coûter jusqu’à deux fois moins chers.

D’une part, les contrats alternatifs sont personnalisables à souhait, ou presque. Contrairement à l’assurance de groupe, où l’emprunteur souscrit un pack, ici il est en mesure de choisir les garanties qu’il souhaite ajouter à sa couverture. Cela évite de souscrire des garanties superflues et d’ajuster le montant de l’assurance.

D’autre part, les assurances en délégation indexent leur taux sur le capital restant dû. Chaque année, la cotisation d’assurance va baisser étant donné que le remboursement du capital progresse. A contrario, avec l’assurance de la banque la cotisation reste fixe durant toute la durée du crédit.

Le coût d’une renégociation d’assurance emprunteur

Il faut distinguer deux relations commerciales : celle entre l’emprunteur et la banque prêteuse et celle entre l’emprunteur assuré et son assurance.

En cas de renégociation d’assurance de prêt, l’établissement bancaire n’a pas le droit de modifier les termes du contrat de crédit immobilier. Cela serait illégal et contraire à la loi Lagarde. De même, il est défendu de facturer l’émission de l’avenant nécessaire pour valider la prise en compte du nouveau contrat d’assurance-crédit.

Par contre, en ce qui concerne la nouvelle compagnie d’assurance choisie, cette dernière est en mesure de demander des frais de dossier de quelques dizaines d’euros. Ce faible montant est souvent débité en même temps que la première cotisation de la couverture renégociée. De plus, certaines compagnies émettent également des frais de gestion annuels. Là encore, les montants restent faibles surtout en comparaison des économies réalisées grâce à la renégociation d’assurance.

Enfin, il faut savoir que si la renégociation du contrat d’assurance de prêt s’est faite à l’aide d’un courtier ou d’un intermédiaire, des frais de courtage pourront être facturés après la mise en place du contrat. En aucun cas, un emprunteur ne doit régler des frais avant que la délégation soit effective.

Mais les frais de courtage pour une assurance emprunteur sont rares. Généralement, c’est la compagnie d’assurance qui rémunère directement l’apporteur d’affaires.