130 milliards d’euros, c’est le montant des prêts ayant fait l’objet d’un rachat de crédit entre 2013 et 2015. L’année dernière cette opération a concerné près de 40 % des demandes de financement et depuis le début de l’année, elle concerne près d’un rendez-vous bancaire sur deux.

Solliciter un intermédiaire bancaire ou une banque dans un autre pays de l’union Européenne (Allemagne, Espagne, Angleterre…) pour financer l’acquisition d’un logement en France. Cela pourrait être une réalité d’ici quelques mois.

En 2015, plus de 50 % des crédits immobiliers (y compris le rachat de prêts) ont été accordés par l’intermédiaire d’un professionnel (courtier, MOBSP, MIOBSP…). Son principal objectif consiste à proposer à ses clients les meilleures conditions en vigueur.

Certes, le marché du crédit connait une embellie avec 200 milliards de prêts immobiliers versés en 2015, mais force est de constater que le taux de détention de crédit des ménages baisse.  Cependant, à qui profite réellement cette embellie ?

Avec des conditions d’emprunt très attractives et une concurrence interbancaire de plus en plus rude, le prêt immobilier est très intéressant en ce début d’année et le regroupement de crédit a le vent en poupe. Cependant, avec le retour de l’inflation, les taux pourraient augmenter d’ici la fin de l’année.

Pour la première fois depuis la fin de la crise de 2008, le nombre des crédits à la consommation enregistre une hausse. A ce jour, 26 % des Français détiennent ce type de financement et la plupart sont des emprunteurs séniors.