Entreprise responsable

Entreprise responsable

Satisfaction client

Satisfaction client

Respect de l’environnement

Respect de l’environnement

L’assurance emprunteur, une étape incontournable pour une majorité d’emprunteurs

La recherche d’un bien immobilier peut être longue surtout si les critères d’achat sont nombreux ou bien si le marché local est tendu. Lorsque le bien « parfait » est enfin trouvé, les démarches peuvent s’accélérer. Mais avant d’arriver à l’étape de la signature de l’acte authentique chez le notaire, la route est encore longue avant de devenir propriétaire.

Pour un ménage qui souhaite acheter un bien, la signature du compromis de vente ne suffit pas. Généralement, la vente fait l’objet d’une clause d’obtention de crédit immobilier. Là encore, tout n’est pas simple car l’octroi d’un prêt à l’habitat reste conditionné à une souscription d’assurance emprunteur pour la majorité des acheteurs.

A ce stade, les acheteurs doivent trouver une offre de financement qui est elle-même soumise à une couverture emprunteur. Pour un couple qui ne présente pas de risques autant par la profession que par l’état de santé, la souscription d’une assurance de prêt n’est qu’une formalité. Mais dès qu’un risque est repéré dans le profil d’un emprunteur, la situation est différente voire compliquée.

Quand l’absence d’assurance de prêt peut faire louper une opération d’acquisition

Faute de trouver un contrat d’assurance adéquat, les acquéreurs pourront avoir des difficultés à obtenir un crédit immobilier. L’acquisition du bien peut alors tomber à l’eau. Pour des futurs acheteurs, voir passer le bien idéal sous leur nez peut être rageant surtout s’il s’agit uniquement d’une question de délai.

Idéalement, il faut s’intéresser à la question de l’assurance emprunteur dès les premiers échanges avec la banque. En effet, pour éviter de mettre la charrue avant les bœufs, les acquéreurs ont besoin de connaître précisément à quelle offre de prêt ils peuvent prétendre. Une fois l’attestation de capacité d’emprunt en main, les « emprunteurs » peuvent se positionner sur le marché immobilier.

Cette période est également propice à la recherche d’une assurance de prêt. Bien que cette couverture passe au second plan lors de la quête du bien idéal ou du meilleur taux de crédit, il ne faut pas la négliger car son montant peut représenter jusqu’à 30 % du coût total de l’opération immobilier. En période de faibles taux d’intérêt, comme celle observée depuis 2016, le poids de l’assurance devient important. Plus que jamais, il faut donc s’y pencher sérieusement ne serait-ce pour réaliser des économies.

S’intéresser à l’assurance le plus tôt possible, surtout pour un emprunteur malade

En se penchant le plus tôt possible sur la question de l’assurance emprunteur, les futurs acheteurs peuvent éviter un contretemps de dernière minute, notamment si l’un des co-emprunteurs présente un risque de santé.

Car à l’heure de remplir le questionnaire de santé de l’assurance, qui est obligatoire, le médecin de l’assurance peut détecter la présence d’un risque. Cela survient lorsqu’un emprunteur a des ennuis de santé connus. Dans ce cas, le médecin de la compagnie peut demander des examens complémentaires auprès de spécialistes, ce qui peut prendre du temps selon la région.

Dans ce cas, il est conseillé de sérieusement s’intéresser au contrat d’assurance de prêt dès que le projet d’acheter un bien commence à mûrir.

Se poser la question de l’assurance dès le début, pour faire des économies

Enfin, il n’est pas nécessaire de présenter un risque aggravé pour se pencher sur l’assurance de prêt durant les recherches d’un bien immobilier. En effet, les futurs emprunteurs ne sont pas obligés de prendre l’assurance de leur banque. Avec une délégation d’assurance, ils peuvent trouver une assurance individuelle auprès d’une compagnie externe. En faisant cette délégation, ils pourront trouver un contrat plus attractif dont le niveau de garanties correspond aux attentes de la banque.

Le meilleur moment pour trouver une assurance de prêt est donc le plus tôt possible pour s’épargner d’un éventuel contretemps.

Bon à savoir : désormais les emprunteurs ne sont plus liés pour des années avec leur assurance de prêt. Depuis 2018, ils peuvent en changer chaque année. Pratique lorsque l’assurance de prêt initiale n’est pas optimisée.