Quand la hausse de l’endettement privé inquiète la Banque de France

Quand la hausse de l’endettement privé inquiète la Banque de France

Malgré la baisse du nombre de cas de surendettement, l’endettement privé a progressé de 5 % en France l’année dernière. Une augmentation galopante qui inquiète particulièrement la Banque de France.

L’endettement privé augmente plus vite que l’économie Française

Selon le patron de la Banque de France, François Villeroy de Galhau, l’endettement des ménages et des entreprises « continue d’augmenter rapidement, de plus de 5 % l’an, soit nettement plus vite que notre économie », une situation qui inquiète de plus en plus la Banque de France, malgré la baisse du nombre de cas de surendettement en 2017. Selon l’institution Parisienne, l’endettement privé a fortement progressé ces dernières années pour atteindre plus 130 % du produit intérieur brut (PIB) de la France. Cette proportion est nettement supérieure à la moyenne des autres pays de la zone euro.

Cette hausse de l’endettement privé en France a même poussé, début juin, le HCSF (haut conseil de stabilité financière) qui réunit le gouvernement et les principaux superviseurs financiers Français à relever de manière préventive les exigences de capital réglementaire minimum imposées aux établissements bancaires.

La Banque de France souligne également que cette situation favorise l’investissement productif et le marché du crédit à l’habitat et qu’elle est également le signe de la bonne santé du secteur bancaire tricolore. Mais, l’institution Parisienne s’assurera que le cycle du crédit aux particuliers et aux professionnels est et restera équilibré à l’avenir.

Pour le HCSF, le niveau des risques reste contenu

Présidé par le ministre de l’Economie et des Finances Bruno Le Maire, le haut conseil de stabilité financière a présenté son analyse lors de sa 18ème séance tenue le 11 septembre 2018. Dans son analyse, le HCSF met en évidence le dynamisme du marché du crédit immobilier qui semble porter l’endettement des ménages, en progression de près de 6 % sur un an en juin 2018.

Cependant, malgré la progression de l’encours de prêt aux ménages, le conseil estime que le niveau des risques pour les foyers et les banques reste contenu et qu’il est toujours nécessaire de maintenir une vigilance renforcée sur l’évolution des critères d’octroi des prêts aux particuliers et la tarification  des financements à l’habitat par le secteur bancaire.

Par ailleurs, le HCSF alerte également sur les conséquences d’une forte concurrence entre les banques sur le marché du prêt à l’habitat. Pour rappel, en juin 2018, cet organe de surveillance avait recommandé aux établissements bancaires de rester attentifs à l’évolution des conditions d’octroi, alors que les prêteurs tendent toujours au contraire à les assouplir davantage.

Ainsi, dans le contexte actuel où le crédit immobilier est devenu l’un des principaux produits d’appel, et où la hausse des prix de l’immobilier contraint certains ménages à s’endetter sur le long terme, les appels à la vigilance et les recommandations du HCSF pourraient impacter la capacité d’emprunt de certains ménages et ralentir le dynamisme du marché du crédit immobilier.


Dernières actualités Banque
Banque privée : des dépôts de particuliers seront taxés Banque privée : des dépôts de particuliers seront taxés 18/09/2019 - A partir du 1er octobre, un établissement bancaire privé va taxer les dépôts de ses clients supérieurs à un million...
Les espèces ont toujours cours en 2019 Les espèces ont toujours cours en 2019 16/09/2019 - Les pièces et les billets ne sont pas prêts de disparaître, même si le portefeuille a de plus en plus tendance à se...
DSP 2 : l’application au 14 septembre repoussée DSP 2 : l’application au 14 septembre repoussée 13/09/2019 - L’authentification forte et l’Open Banking inclus dans la DSP2 qui devaient entrer en vigueur le 14 septembre 2019 sont...
Banque en ligne : quand l’ouverture de compte n’est pas si facile Banque en ligne : quand l’ouverture de compte n’est pas si facile 12/09/2019 - Ouvrir un compte auprès d’une banque en ligne peut parfois relever du parcours du combattant surtout pour les personnes...
Frais bancaires, un très léger recul en 2019 Frais bancaires, un très léger recul en 2019 10/09/2019 - Cette année, les banques ont limité les frais bancaires. Avec 1 % de moins, ces frais se hissent à 215 euros en moyen