Le marché immobilier a de nouveau performé en 2016

Après une année 2015 exceptionnelle, marquée par la hausse du volume de transactions et du nombre de financements accordés, les récentes statistiques montrent que le marché de la pierre a de nouveau performé en 2016.

Quels ont été les facteurs favorisant le marché immobilier en 2016 ?

Portées par une conjoncture favorable, les transactions ont de nouveau performé en 2016. La quasi-totalité des grands réseaux d’agences immobilières s’accordent à dire que le nombre de ventes immobilières ont de nouveau progressé en 2016, après une année 2015 exceptionnelle. En moyenne, le nombre de transaction a enregistré dans l’ancien une hausse d’environ 15 % par rapport à 2015.

Tandis que la demande ne s’est faiblit l’année dernière et en attendant des chiffres définitifs, certains professionnels parient même que 2016 pourrait atteindre le record de 2011 où le marché de la pierre avait enregistré plus de 850 000 transactions.

Cependant, si le nombre de ventes a été particulièrement important en 2016, il faut savoir que marché a bénéficié de plusieurs facteurs très favorables. D’abord, les taux d’intérêt qui ont été marqués par une baisse quasi-continue pour atteindre 1,31 % en moyenne en novembre 2016 (hors assurance et toutes durées confondues), soit le niveau le plus bas historique.

Ensuite, les prix du mètre carré qui ont été globalement stables, malgré quelles que légères hausses. Après une période morose, le marché immobilier a aussi bénéficié de cette stabilité des prix. Enfin, avec la reconduction de plusieurs dispositifs d’aides à l’accession à la propriété, le marché de la pierre a vu en 2016 le grand retour en force des primo-accédants et des foyers modestes.

Quelles perspectives pour 2017 ?

Selon les professionnels (agence immobilière, banque, intermédiaire bancaire…), la dynamique du marché immobilier devrait se poursuivre en 2017, au moins le premier semestre de l’année. En d’autres termes, les perspectives à court terme semblent propices au marché de la pierre. Les professionnels se montrent particulièrement confiants pour les premiers mois de l’année.

En fait, comme le marché immobilier est souvent porté par les niveaux des taux d’intérêt des prêts à l’habitat, tout semble indiquer que ces derniers ne devraient pas progresser brutalement tout de suite, notamment grâce à la politique de la Banque Centrale Européenne qui a laissé inchangés ses principaux taux directeurs.

De plus, grâce au maintien de plusieurs dispositifs d’aide à l’accession à la propriété (PTZ) ou encore de la loi Pinel (pour favoriser l’investissement locatif), le marché immobilier devrait continuer de progresser cette année. Toutefois, même si acheteurs et investisseurs semblent toujours motivés, la prudence doit rester de mise puisque l’institution de Francfort peut opter pour une politique monétaire moins accommodante dans les mois à venir.

Même si le marché continue d’être dynamique, certains facteurs commencent à montrer des signes de fragilité. Il s’agit entre autre de la hausse des taux d’emprunt, du durcissement des conditions de prêts ou encore de l’augmentation du prix du mètre carré.