Taux bas : il ne faut pas négliger son assurance emprunteur

Taux bas : il ne faut pas négliger son assurance emprunteur

Avec les taux d’emprunt au plus bas, la part de l’assurance de prêt augmente automatiquement et représente près de 40 % dans le coût total du crédit. Afin de diminuer cette dépense, la délégation d’assurance apparaît comme la solution.

Une part importante dans le coût total du crédit

Le contexte actuel permet d’emprunter avec des taux d’emprunt qui n’ont jamais été aussi bas. Jamais dans l’histoire, emprunter n’aura coûté si peu cher. S’établissant à 1,29 % en moyenne toute durées confondues d’après l’Observatoire Crédit Logement/CSA, ces taux sont véritablement avantageux pour les emprunteurs.

Néanmoins, l’assurance emprunteur qui accompagne toute souscription de prêt immobilier a un coût fixe. Autrement dit, que les taux soient faibles ou élevés, l’assurance engendre le même coût. Mais plus les taux sont bas, plus la part de l’assurance est élevée dans le coût total du prêt. Désormais, la part de l’assurance représente près de 40 % des intérêts dus à la banque lors de la souscription d’un crédit immobilier. Afin de diminuer le poids de l’assurance emprunteur, il convient de s’intéresser à la délégation d’assurance.

La délégation d’assurance emprunteur

En souscrivant un crédit immobilier, l’établissement prêteur va proposer son assurance groupe, une offre collective où les risques sont mutualisés en fonction de l’âge de l’emprunteur. Or, depuis l’instauration de la loi Lagarde en 2010, les emprunteurs sont libres de choisir l’assurance de prêt immobilier de leur choix.

Ainsi, cette opération nommée délégation d’assurance permet de comparer les différentes offres et de bénéficier de tarifs personnalisés, avantageux et compétitifs, calculés en fonction du profil et du montant du crédit immobilier à assurer. L’établissement prêteur ne peut pas refuser une demande de délégation d’assurance. Cependant, les garanties de l’assurance en délégation doivent être au moins identiques à celles proposées initialement. Dans tous les cas, un refus de l’établissement prêteur devra être justifié par écrit.
Enfin, pour permettre aux emprunteurs de comparer les offres d’assurances régulièrement, un dispositif a été instauré en 2014 par la loi Hamon. Celle-ci autorise les débiteurs à changer de contrat d’assurance de prêt immobilier dans la première année de leur emprunt puis à chaque date anniversaire en ayant recours à l’amendement Bourquin qui introduit la résiliation annuelle de l’assurance emprunteur.


Dernières actualités Assurance
Assurance de prêt, le sénateur Bourquin veut renforcer la concurrence Assurance de prêt, le sénateur Bourquin veut renforcer la concurrence 21/06/2019 - L’auteur de l’amendement sur la résiliation annuelle de l’assurance veut inscrire...
Taux bas : il ne faut pas négliger son assurance emprunteur Taux bas : il ne faut pas négliger son assurance emprunteur 14/06/2019 - Avec les taux d’emprunt au plus bas, la part de l’assurance de prêt augmente...
Peut-on changer d’assurance emprunteur pour un crédit d’une résidence secondaire ? Peut-on changer d’assurance emprunteur pour un crédit d’une résidence secondaire ? 15/05/2019 - Depuis plus d’un an, la loi autorise aux emprunteurs d’un crédit immobilier...
Droit du renard : la Cour de Cassation nuance sa portée Droit du renard : la Cour de Cassation nuance sa portée 02/05/2019 - Les détenteurs d’assurance-vie devront être plus vigilants lorsqu’ils s’engagent...
Assurance de prêt immobilier, le sénateur Bourquin revient à la charge Assurance de prêt immobilier, le sénateur Bourquin revient à la charge 17/04/2019 - Un parlementaire propose de rendre obligatoire pour les banques de communiquer a...