Immobilier : faudra-t-il encore investir en 2018 ?

Immobilier : faudra-t-il encore investir en 2018 ?

Le début d’année 2018 s’annonce décisif pour les projets d’acquisition immobilière. Les taux des crédits immobiliers pourraient repartir à la hausse.

Vers la fin des taux attractifs ?

Le sujet sera probablement au menu des repas des fêtes de fin d’année : l’immobilier et son devenir en 2018. Pour les jeunes actifs, les réunions de famille pourront être l’occasion de détailler leur projet d’acquisition d’un premier bien. Mais à moins d’être du métier, tout le monde ne peut être spécialiste de l’immobilier.

Tout d’abord, si le projet d’achat n’a pu être concrétisé avant la fin de l’année 2017, il faut s’attendre à ce que l’entame de 2018 soit sensiblement similaire. Pour autant, au regard des annonces des banques centrales en Europe et outre-Atlantique (la FED), les conditions de financement pourraient évoluer au cours de l’année à venir. Pour certains spécialistes, cela ne fait pas de doute, la période des taux d’intérêt attractifs va toucher à sa fin. La hausse annoncée sera-t-elle fulgurante ou progressive ? Les experts ne se prononcent pas encore. Mais avant de penser au financement, même s’il demeure primordial, les candidats à l’accession à la propriété vont d’abord devoir trouver leur bien idéal.

La hausse des prix limite le pouvoir d’achat immobilier

Selon leur capacité d’endettement et l’enveloppe allouée à l’achat d’un bien, les résultats peuvent être plus ou moins nombreux. En effet, dans les zones où la demande est beaucoup plus importante que l’offre, le marché a tendance à se tendre et les prix grimpent. Ce constat se vérifie en particulier dans les principales agglomérations du pays. Dans ces zones tendues, le pouvoir d’achat immobilier des Français a reculé. Dans les contrées rurales, la hausse reste contenue mais les biens mis en vente au bon prix restent peu de temps sur le marché. Les négociations ne sont donc plus systématiques. Selon un réseau d’agences immobilières, le nombre d’acquéreurs qui discutent le prix est en recul de 4,2 %.

Enfin, pour limiter le coût total de leur financement immobilier, les primo-accédants ne doivent pas hésiter à solliciter la délégation d’assurance de prêt. Car il faut garder en tête que le montant de l’assurance emprunteur peut représenter jusqu’à un tiers du coût total.


Dernières actualités Immobilier
Crédit immobilier : les banques ont accordé 203 milliards d’euros en 2018 Crédit immobilier : les banques ont accordé 203 milliards d’euros en 2018 07/02/2019 - Selon les chiffres publiés par la Banque de France, les établissements bancaires...
Crédit immobilier : les offres sur 25 ans ont toujours le vent en poupe Crédit immobilier : les offres sur 25 ans ont toujours le vent en poupe 05/02/2019 - Permettant aux emprunteurs modestes de financer leur acquisition immobilière, les...
Crédit immobilier : le revenu moyen des emprunteurs est de 4 376 euros en 2018 Crédit immobilier : le revenu moyen des emprunteurs est de 4 376 euros en 2018 02/02/2019 - Les emprunteurs disposent d’un revenu moyen de plus en plus bas expliqué par une...
PTZ 2019 : ce qu’il faut savoir PTZ 2019 : ce qu’il faut savoir 28/01/2019 - Le PTZ version 2019 reste similaire dans les grandes lignes à l’année précédente....
De plus en plus de banques accordent des crédits immobiliers sans apport De plus en plus de banques accordent des crédits immobiliers sans apport 23/01/2019 - Dans une logique de soutien au marché de la pierre, les établissements bancaires...