Les taux d’intérêt pratiqués pour les crédits immobiliers restent attractifs.  Les taux moyens ne dépassent pas la barre des 2 %.

La Cour de cassation estime qu’un travail réalisé par un bricoleur ne peut avoir la même valeur que celui réalisé par un professionnel. La question s’est posée à l’occasion d’un litige sur la rénovation d’un bien.

Malgré une hausse de plus de 4 % de la production de crédits l’année dernière, le nombre de prêts immobiliers accordés a légèrement baissé en 2017, selon les chiffres de l’Observatoire Crédit Logement/CSA.

Adopté fin décembre 2017, le budget 2018 est marqué par la transformation de l’impôt sur la fortune (ISF) en impôt sur la fortune immobilière (IFI) pour cibler davantage l’immobilier. Malgré cela, l’investissement immobilier a encore des atouts.

Malgré les prédictions alarmistes des baromètres fin 2016, les taux d’intérêt des crédits n’ont finalement pas flambé l’année dernière. Pour certains experts, l’année 2018 s’annonce similaire à l’année 2017.

Le salaire minimum  n’interdit pas d’investir dans la pierre. Les Français employés au SMIC ont même vu leur pouvoir d’achat immobilier progresser. Mais des disparités subsistent.