Quel pouvoir d’achat immobilier avec un SMIC ?

Quel pouvoir d’achat immobilier avec un SMIC ?

Le salaire minimum  n’interdit pas d’investir dans la pierre. Les Français employés au SMIC ont même vu leur pouvoir d’achat immobilier progresser. Mais des disparités subsistent.

Investir dans l’immobilier avec un salaire minimum

Pour une majorité de Français, la pierre reste une véritable valeur refuge. Face aux évolutions des produits financiers et des divers placements (actions, assurance-vie, épargne réglementée), l’immobilier est perçu comme un investissement plus « solide ». D’une part, il porte sur un bien réel : un appartement ou une maison, et d’autre part, l’investissement dans la pierre permet d’élargir son patrimoine. La construction d’un patrimoine répond à plusieurs besoins dont les deux principaux sont les suivants : préparer l’avenir et sa succession (héritage) et anticiper une retraite.

A l’heure d’investir dans la pierre, le passage par la case crédit immobilier est quasiment obligatoire, à moins de disposer des liquidités suffisantes. Dans le cadre d’un prêt à l’habitat, le banquier va avant tout évaluer la capacité d’emprunt qui se détermine en fonction des charges et des revenus. Ainsi, les futures charges d’un ménage emprunteur ne devront pas dépasser 33 % des revenus du foyer. Depuis le 1er janvier 2018, le salaire minimum de croissance ou Smic plafonne à 1498 euros bruts mensuels pour un temps plein. En l’espace de 8 ans, le Smic a progressé de 12 %.

Le pouvoir d’achat immobilier avec le smic progresse

Avec le salaire minimum actuel, un employé verra donc sa capacité d’endettement se limiter à environ 380 euros par mois. Selon les experts du marché immobilier, un smicard qui contracte à un crédit immobilier sur 25 ans en 2018 peut emprunter 41 % de plus par rapport à 2010 (93 500 euros contre 66 300 euros auparavant). La progression du pouvoir d’achat immobilier avec un salaire minimum n’est pas uniquement due qu’à la revalorisation du smic. En effet, la forte baisse des taux d’intérêt des crédits immobiliers a fortement contribué à cette évolution de 41 %. Car la moyenne des taux pratiqués pour les smicards a fondu de moitié en passant de près de 4 % à 1,8 %.

Néanmoins, ce profil d’emprunteurs se heurte à un autre phénomène, celui de la hausse des prix du marché. Si les taux ont extraordinairement baissé, les prix de vente ont tendance à s’emballer. Ainsi, avec un Smic, il est plus compliqué d’accéder au marché dans les principales agglomérations de l’Hexagone. Dans les zones tendues, les salariés au Smic sont donc limités dans leur choix et sont contraints de se tourner vers les petites surfaces. En revanche, dans les territoires ruraux, l’emprunt sur 25 années permet d’acquérir des surfaces plus intéressantes.


Dernières actualités Immobilier
Crédit immobilier : les taux proches du seuil le plus bas en mars Crédit immobilier : les taux proches du seuil le plus bas en mars 19/04/2019 - Les taux baissent encore au mois de mars, une habitude qui rapproche le coût du...
Les prêts immobiliers sans apport, toujours d’actualité en 2019 Les prêts immobiliers sans apport, toujours d’actualité en 2019 10/04/2019 - Les établissements bancaires n’hésitent à faire des offres très intéressantes...
Crédit immobilier : la menace cachée des taux bas Crédit immobilier : la menace cachée des taux bas 08/04/2019 - Si c’est une bonne nouvelle pour la majorité des emprunteurs, la faiblesse des...
Immobilier locatif : les loyers désindexés de l’inflation en 2018 Immobilier locatif : les loyers désindexés de l’inflation en 2018 29/03/2019 - Si les écarts d’évolution des loyers sont contrastés selon le lieu d’habitation,...
Crédit immobilier : les taux bas font grimper la capacité d’emprunt des foyers Crédit immobilier : les taux bas font grimper la capacité d’emprunt des foyers 27/03/2019 - Les conditions de prêt actuelles ont un effet de levier sur la capacité d’emprunt...