Les courtiers en prêt immobilier plébiscités en 2019

Les courtiers en prêt immobilier plébiscités en 2019

En 2019, plus d’un crédit immobilier sur trois a été contracté en passant par les services d’un intermédiaire.

Des intermédiaires précieux

Les taux bas actuels aiguisent l’appétit des Français, notamment en matière d’immobilier. Ainsi, ils sont nombreux à chercher les meilleurs financements. Dans leur quête, l’étape « courtier » semble désormais un réflexe bien intégré par les acheteurs. Cela a encore été le cas, pour 37 % des dossiers en 2019.

Bien que ces services de courtage ne soient pas gratuits, ils restent sollicités dans le but de trouver la meilleure offre. En s’offrant leurs services, les acquéreurs entendent bien obtenir une offre plus intéressante que s’ils avaient fait eux-mêmes les démarches. Dans plus de 1 dossier sur 2, c’est bien l’appel d’un meilleur taux qui motivent les particuliers à recourir à un courtier.

Le meilleur taux signifie-t-il le meilleur financement ?

Pourtant, l’obtention d’un meilleur taux fixe n’est pas toujours le seul objectif à remplir pour réussir un financement immobilier. Selon les établissements bancaires, les conditions pourront être plus ou moins souples. Par exemple, une banque peut prévoir la modulation des mensualités sans frais tandis que la concurrence pourra intégrer le transfert de prêt sans contrepartie. Nul ne peut savoir quelle sera sa situation personnelle ou professionnelle dans plusieurs années. Il ne faut donc pas se précipiter sur le meilleur taux sans envisager l’avenir.

Dans cette période de baisse des taux, le taux fixe du financement sera attractif surtout si le dossier est solide. Alors s’intéresser à une offre personnalisée qui correspondra au mieux dans le temps n’est pas vain. Au contraire, cela doit être une priorité.

Faire un crédit immobilier et assurer son financement sont des opérations relativement simples sur le papier. Mais dans les faits, chaque dossier est différent. Plus le profil de l’emprunteur sera complexe (période de chômage, indépendants, divorce), plus il faudra fournir de justificatifs. Le besoin d’accompagnement et de conseils peut alors se faire ressentir. C’est d’ailleurs dans cette optique que 31 % des clients font appel à un spécialiste du courtage.

Les banques font faux bond aux courtiers

Enfin, la troisième raison qui complète le podium : le gain de temps. Les particuliers estiment qu’en passant par un intermédiaire, ils s’exemptent de démarches longues et fastidieuses. Mais dans la conjoncture actuelle, la donne a quelque peu changé. Si les courtiers ont été d’importants apporteurs d’affaires pour les banques, ces dernières ont tendance à serrer la vis.

En effet, du fait des taux d’intérêt particulièrement bas depuis 2016, les établissements bancaires voient leur marge se réduire sur le crédit immobilier. En comptant la commission due aux courtiers, cela réduit davantage leurs bénéfices. Pour faire face, les banques ont décidé de réduire la voilure en ce qui concerne les demandes venant des courtiers. Avoir recours à un courtier à un crédit immobilier en ce début d’année peut donc limiter l’offre attendue par les particuliers. Car si les courtiers acceptent la prise en charge du dossier, il n’est pas certain que ces intermédiaires leur proposent une offre élargie.