Les prêts immobiliers sans apport, toujours d’actualité en 2019

Les prêts immobiliers sans apport, toujours d’actualité en 2019

Les établissements bancaires n’hésitent à faire des offres très intéressantes aux emprunteurs présentant les meilleures garanties. Pour certains, l’apport personnel n’est plus une obligation.

Taux d’intérêt de l’emprunt, une condition qui change tout

Quand vient l’heure de s’intéresser à un projet d’acquisition immobilier, la question du financement reste le nerf de la guerre. Et tout le monde ne peut profiter d’un taux intéressant. Il faut, pour cela, répondre à plusieurs critères.

Les taux d’emprunt attractifs, c’est-à-dire ceux défiant toute concurrence, existent bel et bien sur le marché mais, car il y a un mais, ils restent réservés aux « meilleurs » profils emprunteurs. Ces profils sont déterminés selon les critères des banques. Par exemple, un couple de fonctionnaires titulaires de leurs postes pourra être mieux noté par le système bancaire par rapport à un emprunteur célibataire dont la période d’essai du contrat à durée indéterminée n’est pas encore expirée. La stabilité professionnelle apparait donc comme un élément clé lors d’un dossier de demande de prêt à l’habitat.

Un autre élément majeur reste bien sûr le niveau de revenus. Plus les revenus seront importants, plus le banquier aura la certitude que les mensualités seront versées en temps et en heure. De plus, avec des hauts revenus, la limite des 33 % de taux d’endettement peut largement être dépassée. A contrario, pour un ménage aux revenus plus modestes, la part du taux d’endettement pourra être davantage scrutée pour limiter les risques de défaut de paiement.

Les taux bas profitent aux profils premium

Les taux très bas ne sont donc pas l’apanage du plus grand nombre néanmoins, les conditions de financement pratiqué pour les ménages restent accessibles surtout en comparaison des taux pratiqués cinq années en arrières. Pour un capital et une mensualité similaires, un emprunteur actuel verra le coût total de son prêt être moins cher par rapport à un financement contracté auparavant.

Mais, en plus des taux bas, les profils emprunteurs qualifiés de « premium » peuvent prétendre une autre forme d’avantage : le prêt immobilier sans apport. Dans ce cas de figure, le capital emprunté va permettre de couvrir l’intégralité du projet, c’est-à-dire l’acquisition du bien et les frais de notaires inhérents à la vente. D’ordinaire, un emprunt sert à financer uniquement le montant du bien. Les frais annexe sont eux laissés à la charge des emprunteurs. C’est à cela que sert l’apport initial puisque généralement il sert à couvrir les droits de mutation (frais de notaire).

Récemment, la presse spécialisée et généraliste s’est fait l’écho de ces financements sans apports, les professionnels ont alors parlé de prêt à 110 %, c’est-à-dire avec un capital supérieur au prix d’achat du bien. En conclusion, pour les profils qualifiés de chouchous des banques, les taux bas représentent plus que jamais l’occasion d’investir ou de faire croitre leur patrimoine immobilier.


Dernières actualités Immobilier
L’immobilier ancien voit ses ventes exploser en 2019 L’immobilier ancien voit ses ventes exploser en 2019 09/12/2019 - La barre du million de transactions a déjà été franchie pour le marché de l’ancien....
Acheter un bien immobilier à la campagne Acheter un bien immobilier à la campagne 27/11/2019 - L’envie d’espace vert séduit plus d’un Français sur deux. Mais avant de ...
Comment financer l’aménagement d’un souplex Comment financer l’aménagement d’un souplex 13/11/2019 - A Paris, les sousplex sont recherchés sur le marché de l’immobilier. Pour faire...
Investir dans l'immobilier locatif avec des crédits en cours Investir dans l'immobilier locatif avec des crédits en cours 08/11/2019 - Les particuliers s’intéressent à l’investissement locatif pour diversifier...
Les banques limiteraient leur production de crédits immobiliers Les banques limiteraient leur production de crédits immobiliers 07/11/2019 - Les objectifs annuels atteints et les marges en recul sur le crédit à l’habitat...