Les prêts aidés, véritables atouts pour les primo-accédants

Les prêts aidés, véritables atouts pour les primo-accédants

En matière de crédit immobilier, les aides de l’Etat sont les bienvenues. En particulier auprès des primo-accédants pour qui il s’agit du premier investissement.

L’accès à la propriété, un parcours qui passe par l’emprunt

Selon un établissement spécialisé en crédit immobilier, les prêts aidés ont particulièrement stimulé le marché en 2016. Offrant des conditions avantageuses aux néo-propriétaires, ils sont plébiscités par les Français. Pour rappel, l’année passée une impressionnante baisse des taux d’intérêts a été constatée jusqu’à l’automne. Les prêts aidés conjugués à des crédits classiques particulièrement bas ont permis à de nombreux ménages de se lancer dans l’accession à la propriété.

Avec près de 560 000 achat par des primo-accédants, la courbe des accessions a augmenté à vue d’œil. Parmi ces milliers de nouveaux propriétaires, 75 % ont choisi de construire leur bien contre 25 % dans l’ancien. L’étude indique que dans 70 % des projets de financements, le dossier a été monté en recevant l’appui d’un prêt à taux zéro (PTZ) et/ou d’un prêt à l’accession sociale (PAS).

Le Prêt à l’accession sociale encourage les premiers achats immobiliers

D’ailleurs, le PAS réalise un encours de 10,3 milliards d’euros en 2016 contre 7,4 milliards d’euros pour le PTZ cependant ce dernier a sollicité à de plus nombreuses reprises : 114 943 contre 72 994 dossiers pour le prêt à l’accession sociale.

Dans le détail, l’activité du PAS a donc contribué à ce que près de 73 000 ménages puissent devenir propriétaire. Le crédit à l’accession sociale a financé plus de constructions que d’acquisition dans l’ancien car 18 % des PAS étaient sollicités pour du neuf contre 11 % pour les achats d’un bien déjà bâti. En moyenne, les ventes immobilières réalisées à l’aide d’un PAS étaient au prix de 178 130 euros soit 4 % de plus qu’en 2015.

Le Prêt à taux zéro, un coup de pouce plus restreint en 2018

Le prêt sans intérêt, véritable coup de pouce de l’Etat, a particulièrement attiré les investisseurs. Cet emprunt à 0 % permet de financer jusqu’à 40 % du montant de l’acquisition du bien. Sa version 2017 s’est inscrite dans la continuité de 2016. Mais à l’avenir, le PTZ 2018 pourrait voir ses conditions d’octroi plus restreintes. L’année dernière, les primo-accédants qui ont eu recours au PTZ ont, pour la majeure partie, fait construire leur habitation. Le 23 % restants ont su trouvé leur bien idéal sur le marché immobilier.


Dernières actualités Immobilier
Crédit immobilier : les banques ont accordé 203 milliards d’euros en 2018 Crédit immobilier : les banques ont accordé 203 milliards d’euros en 2018 07/02/2019 - Selon les chiffres publiés par la Banque de France, les établissements bancaires...
Crédit immobilier : les offres sur 25 ans ont toujours le vent en poupe Crédit immobilier : les offres sur 25 ans ont toujours le vent en poupe 05/02/2019 - Permettant aux emprunteurs modestes de financer leur acquisition immobilière, les...
Crédit immobilier : le revenu moyen des emprunteurs est de 4 376 euros en 2018 Crédit immobilier : le revenu moyen des emprunteurs est de 4 376 euros en 2018 02/02/2019 - Les emprunteurs disposent d’un revenu moyen de plus en plus bas expliqué par une...
PTZ 2019 : ce qu’il faut savoir PTZ 2019 : ce qu’il faut savoir 28/01/2019 - Le PTZ version 2019 reste similaire dans les grandes lignes à l’année précédente....
De plus en plus de banques accordent des crédits immobiliers sans apport De plus en plus de banques accordent des crédits immobiliers sans apport 23/01/2019 - Dans une logique de soutien au marché de la pierre, les établissements bancaires...