Demande de crédit immobilier pendant le confinement : ce qu’il faut savoir

Demande de crédit immobilier pendant le confinement : ce qu’il faut savoir

Le confinement peut compliquer les démarches pour débloquer un nouveau crédit immobilier, mais son obtention n’est pas impossible.

Des projets immobiliers mis en suspens avec les restrictions ?

Depuis la fin du premier confinement, certains foyers ont pris la décision de se lancer dans un projet d’achat immobilier. Entre les envies d’un habitat plus grand, notamment pour aménager un espace dédié au télétravail, ou le besoin d’avoir un extérieur pour respirer le grand air tout en restant chez soi, les raisons ne manquent pas. Ce constat est appuyé une fois de plus par des taux de crédit immobilier qui restent dans une moyenne faible d’après la publication mensuelle de l’Observatoire Crédit Logement CSA.

Si, durant les mois qui ont suivi le déconfinement, les Français ont pu s’atteler à la rechercher de la maison ou de l’appartement de leurs rêves, le nouveau confinement a pu leur couper l’herbe sous le pied pour réussir à temps l’étape du financement. J’ai trouvé mon bien, mais les banques sont-elles encore en capacité de traiter ma nouvelle demande de crédit immobilier ? Les mesures pour lutter contre la crise sanitaire font planer légitimement des doutes dans la tête des acheteurs.

Peut-on obtenir un prêt immobilier chez sa banque durant le confinement ?

Tout d’abord, les banques sont reconnues comme étant un service de première nécessité. Les agences bancaires sont par conséquent bel et bien ouvertes pendant ce re-confinement. Les particuliers peuvent toujours prendre RDV avec leur conseiller bancaire pour établir un plan de financement, si les démarches pour le crédit immobilier n’ont toujours pas débuté, ou compléter et finaliser un dossier qui était en cours.

En revanche, il est possible que chaque établissement ait pris des mesures spécifiques pour protéger ses clients et ses salariés : horaires d’ouverture aménagées, limite de personnes par RDV voire une relation menée exclusivement à distance. Dans l’idéal, il vaut peut-être mieux se renseigner par téléphone ou par mail avec son conseiller bancaire avant de se rendre physiquement en agence. Mais que ce soit en entretien physique ou à distance, les banques estiment avoir appris de l’expérience du confinement du mois de mars dernier pour financer les projets immobiliers.

Faire sa demande de crédit immobilier en ligne

Au-delà des établissements bancaires classiques, d’autres experts proposent aussi du crédit immobilier 100 % en ligne. C’est notamment le cas des intermédiaires en opérations de banque spécialisés dans la relation à distance, une alternative idéale pendant le confinement, sans pour autant dégrader leur efficacité.

Leur rôle est simple : ils s’occupent de présenter et de mettre en concurrence les demandes de financement à leurs partenaires bancaires puis de négocier avec eux les meilleures conditions afin de proposer à chaque emprunteur une offre de prêt à l’habitat entièrement personnalisée.

En privilégiant cette solution, l’emprunteur se simplifie la vie en confiant les démarches et les négociations à un expert dédié en mesure de trouver les conditions d’emprunts actuelles les plus avantageuses. De même, l’intermédiaire va aussi pouvoir chercher le meilleur tarif pour l’assurance de prêt immobilier sans négliger pour autant les garanties qui seront adaptées aux besoins du foyer.

Le confinement change-t-il les conditions d’un crédit immobilier ?

Les conditions de financement des crédits immobiliers signées avant le début du confinement ne changent pas. Un emprunteur doit rembourser son prêt comme décrit dans les modalités du contrat. En cas de coup dur durant cette crise sanitaire, des clauses peuvent prévoir la possibilité de moduler le montant des mensualités ou de reporter leur paiement pour quelques mois.

Pour les nouveaux financements et ceux qui étaient en cours d’élaboration, les choses peuvent se corser. En l’occurrence, les banques sont en train d’accroître leur vigilance sur le risque de non-remboursement de chaque dossier. La capacité des foyers à rembourser leur crédit est ainsi passée systématiquement au crible.

En effet, la crise sanitaire conduit les organismes de crédit à renforcer leurs critères d’octroi, aussi bien pour les prêts conso que pour les crédits immobiliers. Mais ce durcissement de l’accès au financement remonte déjà à décembre dernier. Le Haut Conseil de Stabilité Financière (HCSF) avait dans ce sens formulé aux établissements bancaires plusieurs exigences :

  • maintenir le taux d’endettement des ménages sous le seuil des 33%, pour la majorité des demandes, après l’ajout d’une nouvelle mensualité de crédit immobilier,
  • limiter la durée de remboursement des emprunts à 25 ans tout au plus,
  • solliciter plus fréquemment un apport immobilier pour couvrir au minimum les frais d’acquisition (frais de notaire).

Pour réussir à obtenir les fonds nécessaires à l’achat d’un habitat, confinement ou non, les emprunteurs doivent donc montrer patte blanche et fournir suffisamment de garanties. Apport immobilier, perspectives professionnelles, revenus stables, contrat de travail pérenne, bon équilibre des comptes bancaires : tout est bon à prendre pour améliorer la qualité de son dossier et rassurer la banque afin de décrocher un accord de financement.