Achat immobilier, faut-il attendre 2020 ?

Achat immobilier, faut-il attendre 2020 ?

Passer les fêtes de fin d’années chez soi peut être rassurant pour les candidats à la propriété. Toutefois, les taux d’intérêt vont-ils se montrer plus attractifs l’année prochaine ?

Les banques ont atteint leurs objectifs en termes de crédit immobilier

Avec les vacances scolaires de Noël prochaines, ou du moins les quelques jours de repos qu’il est possible d’obtenir, la fin d’année 2019 s’annonce comme une période de relative accalmie. Cela peut aussi être valable pour le marché immobilier car si les candidats à l’achat ont envie de concrétiser leur projet avant 2020, les vendeurs, eux, peuvent avoir la tête ailleurs.

Mais cela peut être un mal pour un bien. En effet, bien que les taux d’intérêt des crédits immobiliers aient atteint un nouveau plancher record durant le mois dernier, cela ne signifie pas pour autant que tous les dossiers bénéficient d’un taux attractif.

Cela peut s’expliquer, en partie, par la volonté des conseillers bancaires d’entamer 2020 sous de bons auspices. Il faut souligner que face à l’excellente santé du marché immobilier, et en particulier celui de l’ancien qui a déjà franchi la barre du million de ventes, les banques ont fait face à une forte demande en prêt à l’habitat. Si cela est économiquement bon pour leur activité, cette dynamique a précipité l’atteinte de leurs objectifs commerciaux. En conséquence, certains conseillers préfèrent différer de quelques semaines le traitement des demandes. De cette manière, il sera plus facile d’aborder les nouveaux objectifs avec un vivier de dossiers sous la main.

Acquisition immobilière, pourquoi faut-il être patient ?

D’autre part, certaines banques ont pu fermer le robinet à crédit une fois leurs objectifs atteints notamment en augmentant les taux d’intérêt pour des profils d’emprunteurs dits standards, à savoir des primo-accédants avec des revenus professionnels moyens ou restreints. Cette légère hausse ciblée des taux sert à limiter l’octroi de prêts à l’heure où ce produit est faiblement rémunérateur pour les banques. Mais ce phénomène va-t-il se prolonger en début d’année 2020 ?

Dans un contexte de concurrence accrue entre les banques, se priver d’une partie des emprunteurs est un risque auquel les banques ne sont pas prêtes à assumer. Il est donc envisageable que les taux d’intérêt se contiennent de nouveau en 2020 pour les emprunteurs standards.

Néanmoins, lorsqu’un projet d’acquisition est sur le point de se concrétiser, il est compréhensible que les acheteurs se montrent quelque peu impatients. Mais si le marché local le permet et que le bien désiré n’est pas convoité part d’autres, il peut être intéressant d’envisager un taux plus faible en 2020. Dans les faits, cela peut se traduire par l’économie d’une ou plusieurs mensualités. Bien-sûr, cela dépendra de la future politique commerciale de la banque. Mais au regard des orientations de la Banque centrale européenne, les banque de détails françaises devraient continuer sur leur lancée d’attractivité des taux au moins pour la première partie de l’année 2020.