Renégocier son crédit immobilier pour de meilleures conditions en 2020

Renégocier son crédit immobilier pour de meilleures conditions en 2020

Les Français sont nombreux à renégocier les conditions de leur prêt à l’habitat pour en diminuer son coût grâce à une baisse du taux ou à un allégement de l’assurance emprunteur.

Un quart de la production d’encours en novembre provient des renégociations de crédit

Les renégociations de crédit immobilier ont été en hausse en novembre 2019, d’après les statistiques de la Banque de France, avec une part de 28,7% sur l’ensemble de la production d’encours de prêt contre 24,4% en octobre. Depuis juin 2019, le marché assiste à un retour en force de la renégociation, bien aidé par les taux d’intérêt qui n’ont presque jamais cessé de battre des planchers records successifs l’année passée. En novembre dernier, l’Observatoire Crédit Logement a estimé un taux nominal moyen historique de 1,12% pour toutes les durées confondues.

La courbe des taux est indéniablement un facteur qui incite les propriétaires à revoir les conditions de leur emprunt. Le Gral recherché est effectivement de décrocher un meilleur taux nominal que l’original. Financièrement, l’opération peut être très intéressante en réduisant le montant cumulé des intérêts bancaires payés par l’emprunteur et qui rémunèrent le prêteur. A l’arrivée, la renégociation du taux peut aboutir à la réalisation de substantielles économies sur la durée totale prévue par le contrat.

Toutefois, renégocier le crédit immobilier est également l’occasion de convaincre le conseiller bancaire de revoir les garanties et la tarification de l’assurance qui couvre l’emprunt. Si le taux d’intérêt est souvent ce qui monopolise toute l’attention de ceux qui remboursent, ils auraient pourtant tort de négliger le coût que représente l’assurance de prêt.

Refus de la banque de renégocier un crédit immobilier : que faire ?

Les banques ne sont pas toujours conciliantes pour réduire le montant de la prime de la couverture, surtout quand il s’agit d’une source de rentabilité conséquente à l’inverse des intérêts croqués par la chute des taux. Négocier un meilleur taux n’est pas non plus une demande qui aboutit systématiquement puisque cela vient rogner la marge gagnée sur l’emprunt par le professionnel.

Comment faire si les demandes sont refusées ? Pour réduire son taux et trouver une meilleure offre d’assurance de crédit avec un contrat moins cher, l’une des solutions est d’envisager un rachat de crédit immobilier. A l’inverse de la renégociation, cette opération consiste à faire racheter le prêt à l’habitat par un autre organisme bancaire, par le biais ou non d’un expert en intermédiation bancaire, qui propose des conditions plus avantageuses.

Cela peut passer par une diminution du taux de crédit et par une délégation d’assurance qui va notamment permettre de baisser la prime d’assurance. Le rachat de crédit est donc une alternative à étudier lorsque la banque d’origine refuse toute renégociation si certaines modalités sont néanmoins respectées : être dans le premier tiers de remboursement du contrat, réduire le taux nominal d’au moins 1% et détenir un capital restant dû de 50 000 € ou plus.