Quand les néo-banques révolutionnent le paysage bancaire

Quand les néo-banques révolutionnent le paysage bancaire

Les banques 100 % en ligne et les finctechs sont en train de modifier les usages des clients de banques et remettre en cause le paysage bancaire Français. Cela favorise également la concurrence interbancaire.

Les banques 100 % en ligne et les fintech ont le vent en poupe

Dans le contexte actuel où le paysage bancaire traditionnel est bousculé dans ses habitudes par la législation (loi Macron) qui facilite la mobilité bancaire et accentue un peu plus la concurrence interbancaire, la montée en puissance des néo-banques et des fintechs va certainement révolutionner le système bancaire classique.

Outre leur tarification très basse par rapport aux établissements classiques et leur image de start up, les néo-banques et les fintech assoient leur succès sur les nouveaux services et nouvelles technologies qu’ils proposent à leurs clients. Des conseillés virtuels dotés d’une intelligence artificielle à des services associés comme le paiement via SMS ou encore le paiement par mobile, ces nouvelles enseignes bancaires bousculent le paysage bancaire classique.

L’émergence des nouvelles technologies et de nouveaux services permet ainsi de séduire non-seulement une clientèle plus connectée, mais aussi une clientèle qui ne se rend plus en agence. Dans la conjoncture actuelle, rien ne semble pouvoir arrêter le succès grandissant de ces nouveaux acteurs qui ont désormais le vent en poupe.

Un véritable défi pour les banques traditionnelles

Des services bancaires 100 % en ligne, des promesses de modernité, des frais réduits…, voici, entre autres, les arguments qui motivent les Français à opter davantage pour les néo-banques. Le succès grandissant de ces fintechs est sans doute l’un des plus grands défis des grandes banques traditionnelles.

Afin de ne pas se laisser déborder ou encore de ne pas connaître le même sort que certains spécialistes envoyés aux oubliettes par les évolutions technologiques, les grands groupes bancaires ont décidé de passer à l’action.

Certains grands groupes ont décidé de racheter les nouvelles finctechs tandis que d’autres investissent dans de nombreuses néo-banques. Une stratégie qui leurs permet de s’adapter aux nouveaux usages des clients, de diversifier leurs offres et services ou encore de faire baisser considérablement leurs tarifications.

Alors faut-il sacrifier ses comptes traditionnels pour une banque en ligne ?

Compte courant classique, plan d’épargne, assurance-vie…, les néo-banques et les Fintechs proposent quasiment les mêmes offres bancaires que les enseignes classiques. Toutefois, les banques 100 % en ligne offrent des moindres frais de fonctionnement, tandis que les établissements bancaires classiques proposent toujours des services payants.

Il y a donc des avantages, au moins tarifaires, des banques en ligne, mais pour en profiter, il faut souvent renoncer au contact humain et au confort qu’une agence bancaire classique peut apporter. Cependant, à savoir que rien n’oblige un usager de banques à sacrifier un modèle bancaire pour un autre, puisqu’il est possible d’avoir à la fois un ou plusieurs comptes dans des banques en ligne et dans des établissements de réseau. Ce que les adeptes des banques en lignes semblent faire comme choix. Selon certaines études, la majorité des clients de ces nouvelles enseignes possèdent encore leur « vieux » compte dans une banque de réseau. Pour le moment, les Français ne sont pas prêts à tout sacrifier pour des établissements totalement dématérialisés.


Dernières actualités Banque
RAFB et FGDR, pourquoi reçoit-on ces documents ? RAFB et FGDR, pourquoi reçoit-on ces documents ? 13/01/2019 - Les établissements bancaires envoient actuellement différents documents pour informer leurs clients. Il s’agit de connaître...
Un éclairage sur le plafonnement des frais bancaires pour certains clients Un éclairage sur le plafonnement des frais bancaires pour certains clients 08/01/2019 - La Fédération bancaire française vient d’indiquer la date de mise en place du plafonnement des frais d’incidence,...
La CLCV s’alarme du taux du livret A après la remontée de l’inflation La CLCV s’alarme du taux du livret A après la remontée de l’inflation 04/01/2019 - Entre un gel du taux à 0,75% et la mise en place prochaine d’un mode de calcul plutôt défavorable, le livret A est dans...
De moins en moins d’agences bancaires en France De moins en moins d’agences bancaires en France 02/01/2019 - Une récente étude de la Banque Centrale Européenne (BCE) soulève les multiples fermetures d’agences bancaires constatées...
La coupure de 500 euros tire sa révérence La coupure de 500 euros tire sa révérence 31/12/2018 - Le billet violet va cesser d’être imprimé le 27 janvier 2019. Pour les Français cela ne va pas bousculer leurs habi