Données bancaires, comment bien se protéger ?

Données bancaires, comment bien se protéger ?

Avec la multiplication des banques sur internet et les paiements dématérialisés,  les données bancaires des usagers sont de plus en plus exposées aux pirates. Pour renforcer leur protection, quelques précautions d’usage peuvent suffire.

La protection des données, le cheval de batailles des banques

Faut-il avoir des craintes pour la sécurité de ses données bancaires ? A l’heure où le numérique devient omniprésent dans le quotidien des consommateurs, cette question est légitime. La production de données bancaires numériques s’est multipliée avec l’arrivée des banques en ligne et des néobanques.

Que ce soit sur ordinateur ou sur smartphone, les données bancaires suivent constamment les usagers. De plus avec le paiement dématérialisé, les échanges de données progressent de manière exponentielle. En plus de l’argent liquide et du bon vieux chéquier, il existe actuellement une multitude de supports destinés à faciliter les transactions. A l’instar du paiement sans contact qui permet de gagner du temps pour des achats d’un montant inférieur à 30 euros.

Ce genre de solution s’est également démocratisée sur les smartphones et autres supports connectés (montre, bracelet, etc.).  Les banques ou les services de paiement garantissent une sécurité optimum des données de leurs clients. Mais les failles sont tout de même inévitables. Face à l’ampleur grandissante des données bancaires, les malfaiteurs (hackers) veillent au grain.

La vigilance reste le maître-mot

Bien souvent pour se protéger au mieux, il suffit que l’usager suive quelques recommandations qui doivent faire office de réflexe, surtout en cas de paiement dématérialisé. L’année dernière, le vol de données a représenté quelques 360 millions d’euros rien que dans l’Hexagone. Face à ce nombre considérable, les banques 2.0 sensibilisent leur clientèle à ce propos. Tout d’abord, les établissements bancaires indiquent, de nouveau, qu’aucune coordonnée bancaire n’est demandée par mail ou par sms. Dans le cas contraire, il peut s’agir, d’une tentative de récupération et d’une supercherie.

Enfin, il est important de consulter régulièrement ses comptes afin de détecter des paiements suspects. Dans ce cas, une opposition sur la CB et un signalement aux autorités permettront d’entamer les démarches pour obtenir un remboursement. Mais attention, l’usager doit de plus en plus faire preuve de prudence. A défaut, le préjudice pourra être de sa poche.


Dernières actualités Banque
RAFB et FGDR, pourquoi reçoit-on ces documents ? RAFB et FGDR, pourquoi reçoit-on ces documents ? 13/01/2019 - Les établissements bancaires envoient actuellement différents documents pour informer leurs clients. Il s’agit de connaître...
Un éclairage sur le plafonnement des frais bancaires pour certains clients Un éclairage sur le plafonnement des frais bancaires pour certains clients 08/01/2019 - La Fédération bancaire française vient d’indiquer la date de mise en place du plafonnement des frais d’incidence,...
La CLCV s’alarme du taux du livret A après la remontée de l’inflation La CLCV s’alarme du taux du livret A après la remontée de l’inflation 04/01/2019 - Entre un gel du taux à 0,75% et la mise en place prochaine d’un mode de calcul plutôt défavorable, le livret A est dans...
De moins en moins d’agences bancaires en France De moins en moins d’agences bancaires en France 02/01/2019 - Une récente étude de la Banque Centrale Européenne (BCE) soulève les multiples fermetures d’agences bancaires constatées...
La coupure de 500 euros tire sa révérence La coupure de 500 euros tire sa révérence 31/12/2018 - Le billet violet va cesser d’être imprimé le 27 janvier 2019. Pour les Français cela ne va pas bousculer leurs habi