Immobilier, 2016 réussit à l’investissement locatif

Immobilier, 2016 réussit à l’investissement locatif

Investir dans l’immobilier locatif s’est révélé être un bon placement en 2016. Les taux attractifs conjugués à une hausse des loyers ont permis aux emprunteurs de réussir leurs opérations financières.

La baisse des taux profite aux emprunteurs immobiliers

Les faibles taux des crédits immobiliers ont boosté le marché de l’ancien et du neuf. Les spécialistes du secteur planchent sur un nombre de 850 000 ventes pour l’année en cours. Si l’incroyable baisse des taux d’intérêt en 2016 profite aux primo-accédants, il en est de même pour les Français déjà propriétaires. En effet, s’endetter à un taux attractif a permis à de nombreux emprunteurs d’investir dans l’immobilier locatif.

Si le coût d’un emprunt à l’habitat est moindre en 2016, le prix des loyers, lui, est en hausse. Sur les dix premiers mois de l’année, cette hausse est estimée à + 1 %. Dans les principales villes de l’Hexagone, cette remontée oscille entre 1 et 2,7 %.

La concurrence augmente sur le marché locatif

Face à cette dynamique qui réjouit les propriétaires, la question se pose sur le devenir du marché. Faut-il s’attendre à une pénurie de biens destinés à la location ? Pour justifier leurs inquiétudes, les professionnels s’appuient sur l’exemple de villes telles que Lille et Paris. Dans ces métropoles, l’offre tend à se réduire. Les promoteurs de l’habitation locative pointent du doigt l’encadrement des loyers souhaité par les municipalités.

Aujourd’hui ce secteur est en pleine mutation puisqu’il subit de plein fouet la révolution numérique. Car dans les villes ayant un potentiel de clientèle touristique, les propriétaires se tournent davantage vers des plateformes de location saisonnière sur internet. Les propriétaires préfèrent désormais se passer d’intermédiaires pour trouver et gérer les locataires. Les mandats de gestion confiés à des professionnels affichent une baisse de 13 %. Les investisseurs dans l’immobilier à destination locative reprennent donc peu à peu la main sur leur bien et leurs finances.