Banque en ligne : 47 % des usagers prêts à franchir le pas

Banque en ligne : 47 % des usagers prêts à franchir le pas

Les banques sur internet intéressent de plus en plus les usagers en France. Moins chères, plus disponibles, ont-elles enfin trouvé la bonne recette pour attirer une nouvelle clientèle ?

Pourquoi les banques 2.0 plaisent-elles ?

Les banques en ligne vont-elles faire de l’ombre aux établissements classiques ? A en croire, une récente étude menée par un cabinet d’audit financier, il semblerait que la banque en ligne gagne petit à petit le cœur des Français. Prime de bienvenue, programme de parrainage, tarifications à minima … les banques sur internet ont tout pour plaire.

Ainsi, sur un échantillon d’environ 3200 usagers bancaires, près de la moitié (47 %) se déclarent prêts à changer de banque pour ouvrir un compte dans une banque en ligne. La question des frais bancaires trop élevés est la principale raison de cette envie de changement.

Toutefois, l’engouement pour la banque digitale ne traduit pas un total désamour entre les usagers et les établissements classiques. Au contraire, pour les 2 tiers d’entre eux, ils continuent de placer leur confiance en leur banque actuelle. Cet indicateur de confiance évolue en 2018 puisqu’il plafonnait à 64 % l’année dernière. Paradoxalement, les banques en ligne voient, elles, leur indicateur de confiance passer de 81 à 77 %. Les usagers se montrent encore, pour une partie, réticents à domicilier leurs fonds auprès d’une banque dématérialisée.

Les banques classiques font de la résistance

Face à cet engouement, les établissements traditionnels n’ont pas dit leur dernier mot. Tout d’abord, il est bon de rappeler que la concurrence entre banque digitale et banque physique n’est pas aussi binaire comme le laisse transparaitre le marché bancaire. En effet, bien souvent les nouvelles banques sur internet sont des marques lancées par les banques classiques.

Les offres sur le marché bancaire se sont donc diversifiées mais en réalité les acteurs restent les mêmes. Néanmoins, les acteurs historiques de la banque française doivent concilier avec de nouveaux acteurs venus de l’étranger. C’est notamment le cas des néobanques venues d’outre-Manche ou d’Allemagne qui s’adressent désormais à des milliers de clients dans l’Hexagone.

En plus de la marque 2.0, les banques ayant pignon sur rue n’hésitent pas à lancer de nouvelles offres afin de garder, ou capter, une autre clientèle. De cette manière, des offres basiques et accessibles pointent ainsi le bout de leur nez. Avec ces packs, les clients ont accès à une carte bancaire de débit et un compte chèque contre une poignée d’euros mensuels. Un tel niveau de tarification accessible vise à concurrencer les offres alléchantes des banques en ligne. Le marché devrait donc bel et bien continuer d’évoluer.


Dernières actualités Banque
Les Français attendent une baisse des frais bancaires Les Français attendent une baisse des frais bancaires 16/09/2018 - Les usagers bancaires estiment que le coût des services bancaires pourrait être moins important. Dans le même temps, ils...
Banque en ligne : 47 % des usagers prêts à franchir le pas Banque en ligne : 47 % des usagers prêts à franchir le pas 10/09/2018 - Les banques sur internet intéressent de plus en plus les usagers en France. Moins chères, plus disponibles, ont-elles enfin...
Un plafonnement des frais bancaires pour la clientèle fragile Un plafonnement des frais bancaires pour la clientèle fragile 04/09/2018 - L’ensemble des dirigeants des plus grandes banques françaises ont convenu à un engagement pour plafonner les frais bancaires....
Carte de crédit ou carte de débit ? Carte de crédit ou carte de débit ? 27/08/2018 - Toutes les cartes bancaires ne se valent pas. Entre carte de crédit, de débit différé ou immédiat, les services proposés...
Faut-il avoir peur des néo-banques ? Faut-il avoir peur des néo-banques ? 25/08/2018 - Les banques de dernière génération font des émules en France. Mais ont-elles droit aux mêmes garanties que les banques...