La moitié des emprunteurs prêts à changer d’assurance de crédit immobilier

La moitié des emprunteurs prêts à changer d’assurance de prêt immobilier

L’élargissement de la résiliation annuelle de l’assurance-emprunteur s’étendra à tous les contrats en 2018. 52 % des emprunteurs s’attendent à des économies substantielles.

Un marché aux enjeux multiples

A partir du 1er janvier prochain, tous les emprunteurs pourront changer leur contrat d’assurance emprunteur. En effet la loi Sapin II, ou plus exactement l’amendement Bourquin, introduit la résiliation annuelle de cette assurance. En l’occurrence, il s’agit d’un nouveau droit autorisant le changement à chaque date d’anniversaire.

Pour l’instant, seuls les emprunteurs ayant contracté leur prêt après le 1er mars 2017 profitent de cette évolution législative. Même si la résiliation annuelle est déjà possible pour ces profils, il n’est pas nécessaire d’attendre le premier anniversaire puisque les dispositions de la loi Hamon s’appliquent également durant les 12 premiers mois du prêt. Pour rappel, la loi Hamon permet de changer son assurance de prêt durant cette première année. Avec la résiliation annuelle qui s’appliquera à l’ensemble des crédits (ceux antérieurs à mars 2017) faut-il s’attendre à une ruée vers le changement d’assurance-emprunteur. Actuellement les Français choisissant la délégation d’assurance représentent à peine 20  % des financements.

Les banques contestent la loi Sapin 2

Selon un récent sondage commandé par un assureur alternatif, 1 français sur 2 est prêt à se servir de la loi Sapin II pour réaliser des économies. Lors des négociations pour le crédit, les conseillers financiers ne se montrent pas toujours enclins à déléguer l’assurance puisque 23 % des sondés ont eu affaire à des réticences.

Les banques conservent donc le monopole du marché de l’assurance de crédit à l’habitat avec leurs offres groupées. Ces dernières se sont montrées inquiètent lors de l’adoption de la résiliation annuelle par les parlementaires. Elles ont d’ailleurs récemment saisi le Conseil constitutionnel dans l’espoir de censurer la mesure. Avec seulement un tiers des emprunteurs au fait de l’adoption de la résiliation annuelle, cela représente tout de même un marché très important. L’amendement Bourquin n’a donc pas fini de faire parler de lui.


Dernières actualités Assurance
Assurance emprunteur : le Conseil constitutionnel valide la rétroactivité de la résiliation... Assurance emprunteur : le  Conseil constitutionnel valide la rétroactivité de la résiliation annuelle 12/01/2018 - Le Conseil constitutionnel autorise la rétroactivité de la résiliation annuelle...
L’année 2017 a été compliquée pour l’assurance-vie L’année 2017 a été compliquée pour l’assurance-vie 06/01/2018 - Les contrats d’assurance-vie sur les fonds en euros ont fait grise mine l’année...
Rétroactivité de la résiliation annuelle de l’assurance de prêt, qui en profite ? Rétroactivité de la résiliation annuelle de l’assurance de prêt, qui en profite ? 02/01/2018 - Le Conseil constitutionnel se prononcera le 12 janvier à propos de l’extension...
Le rachat de crédit et la délégation d’assurance, un pari gagnant Le rachat de crédit et la délégation d’assurance, un pari gagnant 18/12/2017 - Choisir une assurance de prêt autre que celle proposée par l’établissement prêteur...
Le Conseil constitutionnel examine la résiliation annuelle de l’assurance emprunteur Le Conseil constitutionnel examine la résiliation annuelle de l’assurance emprunteur 11/12/2017 - Les Sages du conseil constitutionnel ont écouté les débats entres les partisans...