Comment les banques font face aux fintechs

Comment les banques font face aux fintechs

Les banques classiques sont dans l’obligation de renouveler leurs offres pour capter les usagers connectés. En lançant des marques low-cost, il s’agit pour elles de concurrencer les néobanques.

La fintech bouscule les habitudes des clients bancaires

Néobanque, fintech, assurtech, le marché bancaire et financier subit actuellement une véritable révolution numérique. Surfant sur un nombre de smartphone plus que conséquent (65 % des appareils en France), les start-up innovent pour proposer de nouveaux services accessibles depuis ces téléphones connectés.

Mais pour les établissements bancaires classiques, la donne a également changé. Notamment en ce qui concerne l’émergence des néo-banques. Ces nouvelles agences totalement digitalisées réduisent encore plus les coûts que les simples banques en ligne. Face à la nouvelle génération de banque, les groupes bancaires se doivent de riposter. Ainsi, depuis plusieurs mois, de nouvelles marques fleurissent sur le marché. Elles appartiennent aux établissements dits classiques. Car pour faire face, ces derniers se doivent de proposer des offres équivalentes et limiter en coût. Les banques 2.0 puis les néobanques n’ont cessé de réduire les frais depuis leur apparition. Par exemple, les banques sur smartphone proposent de ne pas payer de commission en plus du taux de change lors des paiements à l’étranger.

Leur réseau d’agences, la force des banques classiques

En s’alignant sur ce marché, les groupes traditionnels souhaitent ainsi retenir les clients bancaires tentés par les agences dématérialisées. Les banques ayant pignon sur rue peuvent se targuer d’un avantage : leur réseau. En effet, pour proposer des services complets à leurs clients, les banques en ligne doivent s’appuyer sur les réseaux existants à l’instar des dépôts de chèques ou retraits d’argent. Pour éviter cette contrainte, les néobanques ne proposent pas ces services. Elles se concentrent davantage sur des opérations de paiements ou de transferts de fonds entièrement dématérialisés.

Les banques « low cost » des grands groupes français ont donc un certain avantage puisqu’elles pourront profiter du réseau d’agence existant. Ce plus devraient notamment intéresser des usagers qui cherchent à réduire leur frais mais qui n’osent pas franchir le pas des banques 2.0 qui siègent en dehors de l’Hexagone. En les rassurant, les groupes bancaires devraient donc les conserver dans leurs girons. Du moins, c’est le sens de leur démarche.


Dernières actualités Banque
Les jeunes, nouveau cœur de cible des banques Les jeunes, nouveau cœur de cible des banques 12/08/2018 - Les banques se livrent une bataille commerciale pour séduire les jeunes. Entre néobanques et établissements classiques,...
Changer de banque : une démarche pas aussi simple que prévue Changer de banque : une démarche pas aussi simple que prévue 06/08/2018 - La mobilité bancaire version 2017 n’a pas bousculé le marché bancaire. Si le changement est facilité, peu de particuliers...
Banque : l’offre spécifique prochainement remaniée Banque : l’offre spécifique prochainement remaniée 05/08/2018 - Les profils les plus fragiles financièrement peuvent ouvrir un compte en banque grâce à l’offre spécifique. Pourtant...
Prélèvement à la source et capacité d’emprunt Prélèvement à la source et capacité d’emprunt 04/08/2018 - Le changement de mode de paiement de l’impôt sur le revenu aura-t-il un impact sur la capacité d’emprunt des ménages ?...
Bientôt la fin des banques privées ? Bientôt la fin des banques privées ? 03/08/2018 - Face à une réglementation de plus en plus stricte et à l’émergence des fintech plus accessibles et moins chères, les...