Comment les banques font face aux fintechs

Comment les banques font face aux fintechs

Les banques classiques sont dans l’obligation de renouveler leurs offres pour capter les usagers connectés. En lançant des marques low-cost, il s’agit pour elles de concurrencer les néobanques.

La fintech bouscule les habitudes des clients bancaires

Néobanque, fintech, assurtech, le marché bancaire et financier subit actuellement une véritable révolution numérique. Surfant sur un nombre de smartphone plus que conséquent (65 % des appareils en France), les start-up innovent pour proposer de nouveaux services accessibles depuis ces téléphones connectés.

Mais pour les établissements bancaires classiques, la donne a également changé. Notamment en ce qui concerne l’émergence des néo-banques. Ces nouvelles agences totalement digitalisées réduisent encore plus les coûts que les simples banques en ligne. Face à la nouvelle génération de banque, les groupes bancaires se doivent de riposter. Ainsi, depuis plusieurs mois, de nouvelles marques fleurissent sur le marché. Elles appartiennent aux établissements dits classiques. Car pour faire face, ces derniers se doivent de proposer des offres équivalentes et limiter en coût. Les banques 2.0 puis les néobanques n’ont cessé de réduire les frais depuis leur apparition. Par exemple, les banques sur smartphone proposent de ne pas payer de commission en plus du taux de change lors des paiements à l’étranger.

Leur réseau d’agences, la force des banques classiques

En s’alignant sur ce marché, les groupes traditionnels souhaitent ainsi retenir les clients bancaires tentés par les agences dématérialisées. Les banques ayant pignon sur rue peuvent se targuer d’un avantage : leur réseau. En effet, pour proposer des services complets à leurs clients, les banques en ligne doivent s’appuyer sur les réseaux existants à l’instar des dépôts de chèques ou retraits d’argent. Pour éviter cette contrainte, les néobanques ne proposent pas ces services. Elles se concentrent davantage sur des opérations de paiements ou de transferts de fonds entièrement dématérialisés.

Les banques « low cost » des grands groupes français ont donc un certain avantage puisqu’elles pourront profiter du réseau d’agence existant. Ce plus devraient notamment intéresser des usagers qui cherchent à réduire leur frais mais qui n’osent pas franchir le pas des banques 2.0 qui siègent en dehors de l’Hexagone. En les rassurant, les groupes bancaires devraient donc les conserver dans leurs girons. Du moins, c’est le sens de leur démarche.


Dernières actualités Banque
Après les Millenials, les familles sont les cibles des banques Après les Millenials, les familles sont les cibles des banques 20/10/2018 - Un service bancaire pour toute la famille. Voici la nouvelle offre proposée par un établissement bancaire. Pour fidéliser,...
Infographie : les fonds responsables prennent du galon Infographie : les fonds responsables prennent du galon 19/10/2018 - Depuis quelques années, le monde de la finance commence à faire ses premiers pas en direction d’investissements « ...
Quand les banques veulent profiter du boom de la LOA Quand les banques veulent profiter du boom de la LOA 18/10/2018 - Depuis quelques années, la LOA (location avec option d’achat) est devenue le principal mode de financement de véhicules...
Le paiement mobile ne décolle pas en France Le paiement mobile ne décolle pas en France 17/10/2018 - Alors que les transactions par le biais des mobiles sont destinées à un avenir radieux, les premiers chiffres révélés...
Quand la hausse de l’endettement privé inquiète la Banque de France Quand la hausse de l’endettement privé inquiète la Banque de France 16/10/2018 - Malgré la baisse du nombre de cas de surendettement, l’endettement privé a progressé de 5 % en France l’année dernière....