3 Français sur 4 déclarent une situation financière acceptable

3 Français sur 4 déclarent une situation financière acceptable

Une récente étude s’est penchée sur le rapport des Français à l’argent en particulier sur leur perception de la richesse. La majorité estime s’en sortir. Explications.

Un seuil de richesse qui diffère selon les profils

En matière de finances, tout le monde n’a pas la même notion de richesse. Un montant défini ne sera pas dépensé de la même manière selon les revenus d’un ménage. La « richesse » sera donc subjective. C’est en tout cas ce qui ressort d’un récent sondage : pour 58 % des interrogés, un  salaire net mensuel de 7000 euros est considéré comme une marque de richesse.

Pourtant, lorsqu’il s’agit de définir un seuil de richesse, l’échantillon représentatif des Français est plutôt indécis. 14 % des sondés placent ce seuil dans la tranche des 3000 à 3999 euros. Ils sont 15 % à avoir répondu pour la tranche supérieure, à savoir de 4000 à 4999 euros mensuels. Les tranches supérieures à 5000 euros et 7000 euros sont désignés par respectivement 20 % et 11 % des sondés. La majorité relative (25%) a choisi la tranche des salaires supérieurs à 10 000 euros. Selon le sondeur Yougov, ces résultats ne reflètent pas la répartition des salaires dans l’Hexagone. A noter que 9 % des personnes interrogées placent le curseur du seuil de richesse dans la tranche allant de 1500 à 2999 euros mensuels.

1 Français sur 4 rencontre des difficultés financières

A la question de savoir si les Français sont contents de leur situation financière, cette fois ci une large majorité (73 %) déclare se situer dans une situation acceptable. Dans le détail, 69 % sont « ni riches ni pauvres » et 4 % sont « à l’aise ». Les sondés s’estimant « riches » ne représentent que 4 % de l’échantillon. Les sondés déclarant des difficultés dans la gestion de leur budget sont 23 %.

Les Français estimant bénéficier de revenus aisés ont tendance à s’inquiéter pour le montant de leurs impôts sur le revenu. 55 % des sondés déclarent « payer trop d’impôts », un chiffre qui se rapproche de la part des Français redevables de l’impôt sur le revenu en 2016 : 56 %.