Quelles Fintech vont faire 2017 ?

Quelles Fintech vont faire 2017 ?

Les Fintech révolutionnent le secteur bancaire. Les fonds d’investissement ont compris l’intérêt d’investir dans ces start-up. Voici les Fintechs auxquelles les investisseurs prêtent  un avenir prometteur.

Les fonds d’investissement misent sur la French touch

Les fintech s’installent durablement dans le paysage bancaire et financier. Depuis plusieurs années, leur nombre progresse de manière exponentielle. Les start-up sont nombreuses à se lancer dans l’aventure de l’innovation numérique. Mais toutes ne rencontrent, ou ne rencontreront pas le succès. A contrario, les meilleures d’entre elles pourront soit se faire un nom, soit être rachetées par un groupe bancaire désireux d’acquérir un nouveau savoir-faire.

Les fintech, contraction de « finance » et « technologie », n’auront donc pas toutes la même destinée. Au cours de leur développement, certaines reçoivent déjà de véritables coups de pouce de la part de fonds d’investissement. Ces derniers semblent s’intéresser aux logiciels de détection de fraudes et autres applications de transfert de fonds et de paiements dématérialisés.

Faciliter les transferts d’argent semble être un secteur porteur. Les investisseurs sont nombreux à entrer au capital des jeunes sociétés qui proposent des solutions de ce genre aux particuliers. Ces échanges sont appelés à augmenter puisqu’ils sont calqués sur l’usage des smartphones.

Dans l’Hexagone, une fintech des Hauts-de-France propose une application allant dans ce sens. En prenant en photo sa carte bancaire, son titulaire pourra facilement procéder à des virements via l’application.

Les nouvelles solutions de paiements attirent les investisseurs

Une autre fintech française retient l’attention d’un fond privé. Elle propose un service de paiement partagé. Cette nouveauté sur le marché permet de régler un achat par carte électronique. Donc rien de nouveau jusque-là mais l’innovation réside dans la provenance des fonds.

En effet, il est possible de lier plusieurs comptes bancaires à la carte de paiement. Ainsi, le montant est partagé entre les différents comptes. Cette application s’adresse donc aux usagers ayant des dépenses communes tels que les couples sans compte-joint ou les colocataires.

Au chapitre de la lutte contre les fraudes, les fonds d’investissements font les yeux doux aux jeunes sociétés qui misent sur l’intelligence artificielle et le big data pour les détecter. En associant ces nouvelles technologies, les jeunes entreprises proposent leurs services d’analyse aux compagnies d’assurance. Les assureurs peuvent ainsi calculer si les déclarations de sinistres sont probables ou bien doivent faire l’objet d’une étude plus approfondie.

Enfin pour leur part, les start-up  de crowdlending (financement participatif et prêt aux entreprises) poursuivent sur leur lancée et devraient continuer de faire l’actualité en 2017. De plus, il faut noter que les fintech belges n’hésitent plus à se lancer à l’assaut du marché hexagonal et de l’Europe. Les fintech n’ont donc pas fini de faire parler d’elles.