Immobilier : faut-il souscrire un PEL avant ou après le 1er août 2016 ?

A partir du 1er août prochain, le taux de rémunération des PEL (plan épargne logement) sera revu à la baisse. Il passera de 1,5 % à 1 %, soit son niveau le plus bas jamais atteint. Une mauvaise nouvelle pour les épargnants, mais une opportunité pour les futurs acquéreurs. Voici les explications.

Baisse historique du taux du PEL, des taux d’intérêt immobiliers plus intéressants

Avec un objectif de stabilité et pour réduire les désaffections pour les livrets d’épargne réglementée, le gouvernement a décidé de suivre les recommandations de la Banque de France concernant la rémunération des produits d’épargne réglementée.

Ainsi, il a décidé de maintenir le taux de rémunération du livret A à son niveau actuel (0,75 %) jusqu’en août 2017. Cependant, celui des plans épargne logement ouverts à compter du 1er août 2016 va descendre à son niveau le plus bas jamais atteint.

En théorie, ceux qui souhaitent détenir un plan épargne logement rapportant 1,5 % (1,26 % après les prélèvements sociaux de 15,15 %) ont jusqu’au 31 juillet 2016 pour en souscrire un. Le rendement sera abaissé à 1 % à compter du 1er août prochain.

Si cette décision est certes une mauvaise nouvelle pour les épargnants, elle est plutôt une véritable opportunité pour les futurs souscripteurs de prêt immobilier. En fait, les taux d’intérêt des prêts immobiliers auxquels les PEL, souscrits à compter du 1er août 2016, pourront donner droit deviennent très attractifs.

Souscrire un PEL après le 1er août pour se prémunir contre une hausse des taux

Les Français qui ne possèdent pas encore un livret épargne logement et qui envisagent un projet immobilier dans les années à venir (au moins dans 3 ans) ont tout intérêt à en souscrire un. Pourquoi ? Parce que le PEL n’est pas un compte d’épargne comme les autres. Son but principal est d’aider les acquéreurs d’une résidence principale dans le cadre d’un crédit immobilier grâce à un dispositif de financement spécial et souvent avec une prime (accordée à partir de la 4ème année).

La souscription d’un PEL à partir du mois prochain sera intéressante pour certains profils d’épargnants ayant un projet immobilier à court termes. En fait, 3 ans après l’ouverture de ce produit, l’épargnant peut prétendre à un prêt PEL pouvant dépasser 90 000 euros, sous certaines conditions et dont le taux d’intérêt est fixé par les autorités.

Aujourd’hui, le taux d’emprunt auquel peut prétendre un plan épargne logement souscrit avant le 31 juillet 2016 sera de 2,70 % dans trois ans. Pour les contrats souscrits à compter du 1er août prochain, ce taux passera à 2,20 % dans 3 ans.

Cependant, même si ce barème est nettement supérieur à la moyenne pratiquée par les banques à ce jour, 1,60 % en moyenne, selon l’Observatoire Crédit Logement/ CSA, rien ne prévoit avec certitude que les barèmes ne vont pas progresser dans les années à venir.  

Même si certains épargnants se désolent de la baisse du taux de rendement des plans épargne logement, ceux ayant prévu de souscrire un crédit immobilier dans les années à venir peuvent se prémunir contre une potentielle hausse des taux d’intérêt.