Les jeunes Français veulent conserver une relation avec leur banquier

Les jeunes Français veulent conserver une relation avec leur banquier

Malgré un usage de plus en plus présent des applications bancaires, les 16-29 ans confient vouloir garder des échanges avec leur conseiller financier.

74 % des jeunes clients bancaires consultent leur compte une fois par semaine

A l’heure où de nombreuses agences bancaires vont définitivement fermer leurs portes sur tout le territoire, les usagers bancaires doivent s’orienter vers de nouvelles solutions. Les plus connectés des Français ont déjà pu aborder le virage du numérique. Consulter ses comptes en ligne et ordonner des virements sont devenus des gestes simples et pratiques pour une partie de la population.

Mais l’usage d’un smartphone ou d’une tablette ne remplace pas un rendez-vous avec un conseiller bancaire. Une récente étude démontre même que les plus jeunes clients bancaires préfèrent rencontrer physiquement leur conseiller.

Si les plus jeunes sont friands des nouvelles technologies, ils  restent tout de même attachés à cette relation avec leur banquier. L’étude menée à l’échelle européenne s’est concentrée sur la tranche d’âge des 16 à 29 ans.

Les résultats mettent en évidence l’appétence des jeunes français pour les innovations bancaires. Ils sont les premiers européens à les utiliser. En moyenne, 74 % d’entre eux se connectent une fois par semaine à leur application bancaire. Ils sont même 33 % à vérifier leur compte de manière quotidienne.

Les Français ont moins d’appétit pour les FinTech que leurs voisins européens

Tout en profitant d’une certaine liberté dans leur gestion bancaire grâce aux applications mobiles, les 16-29 ans affichent tout de même un certain conservatisme en matière bancaire. Un sondé sur neuf est client d’une seule banque. Parmi ces jeunes clients d’un seul établissement, ils sont 75 % à être domiciliés dans la même banque que leurs parents.

Sur le plan relationnel, plus de 8 jeunes usagers bancaires sur 10 préfèrent rencontrer leur conseiller au moment de l’ouverture d’un compte. Cette forme de fidélité et d’attachement se vérifie également en comparaison avec les autres jeunes européens.

Dans les autres pays communautaires, les 16-29 ans n’hésitent pas à se tourner vers les FinTech : 47 % en Grande-Bretagne, 46 % en Italie ou 36 % outre-Rhin. Quant à leurs homologues français, ils ne sont que 24 % à utiliser les nouvelles technologies financières. Les banques tricolores peuvent donc être rassurées.


Simulateur rachat de crédit