Quand la BCE se lance dans le rachat de crédit

La banque centrale Européenne a décidé de mettre les bouchées doubles pour redynamiser une zone Euro en difficulté. A partir de mars 2015 et pendant 18 mois au moins, l’institution de Francfort va racheter tous les mois 60 milliards d’euros de dettes privées et publiques.

60 milliards d’euros mensuels de « rachat de crédits » par la BCE

Afin d’atteindre un taux d’inflation à 2 % annuel, l’annonce de la banque centrale Européenne (BCE) d’une possible mise en place d’un « quantitative easing, ou assouplissement quantitatif » était attendue au sein de la zone Euro.

Cette annonce a été faite le 22 janvier 2015. L’institution de Francfort prévoit de racheter des dettes privées (des obligations sécurisées d’organismes financiers) et des dettes publiques (des obligations d’Etats).

Le rachat est fixé à 60 milliards d’euros et cette somme sera maintenue au moins jusqu’en septembre 2016. Pour les dettes privées, cet assouplissement quantitatif concerne les détenteurs résidant dans la zone Euro.

Cependant, chaque dossier sera évalué et étudié par une commission spéciale composée de 78 experts en dettes non productives.

Par ailleurs, les spécialistes et les observateurs du marché du crédit, recommandent aux tenant des actifs privés de déposer une demande individuelle afin d’obtenir l’approbation automatique par la commission qui est effective en l’absence de réponse dans le délai imparti.

Le prêt immobilier peut encore devenir plus intéressant

La nouvelle stratégie de la BCE est inédite en Europe, elle semble être indispensable pour soutenir la consommation et contrer la déflation qui menace la zone Euro.

L’assouplissement quantitatif ou le quantitative easing va mettre un peu de pression sur les taux des emprunts de l’Etat. Ainsi les titres Français pourraient atteindre un nouveau plus bas historique dans les semaines et mois à venir.

A savoir que le taux de ces titres d’Etat (OAT 10 ans) sert de référence aux banques et aux établissements de crédits pour proposer des prêts à l’habitat à taux fixe.

Conséquence, la baisse des obligations assimilables du trésor 10 ans va donner une certaine marge de manœuvre aux prêteurs qui peuvent ensuite décider de la répercuter sur le niveau des taux d’intérêts des prêts à l’habitat.

De ce fait, le quantitative easing de la banque centrale Européenne apparait comme une aubaine pour les potentiels acheteurs immobiliers qui pourraient bénéficier de conditions de crédit exceptionnelles.

Quant aux autres, c’est-à-dire aux détenteurs de crédits (immobilier, consommation), ils peuvent toujours opter pour le regroupement de crédits afin de profiter des conditions actuelles de prêts.


Simulateur rachat de crédit