2016, une année à vite oublier pour l’assurance-vie

2016, une année à vite oublier pour l’assurance-vie

La collecte nette de l’assurance-vie a chuté de 29 % entre 2015 et 2016. Les réformes de la loi Sapin II ont semé le doute dans l’esprit des détenteurs de contrat sur des fonds euros.

Un beau millésime pour l’immobilier

Selon la situation financière des Français, 2016 aura été soit une année exceptionnelle, soit une page à tourner très vite. Concernant les projets immobiliers, l’année dernière a été décisive pour de nombreux emprunteurs. En effet, il n’a jamais été aussi intéressant de s’endetter pour acheter un bien.

A l’automne 2016, la moyenne des taux d’intérêt a flirté avec la barre des 1,30 % (pour toutes les durées confondues). Les meilleurs profils emprunteurs ont pu, eux, financer leur projet d’acquisition à des taux fixés à moins de 1 %.

Cette année historique pour le crédit immobilier s’est conclue avec l’arrivée de 2017 et une légère remontée des taux. Toutefois emprunter aujourd’hui demeure toujours un investissement intéressant.

Si l’année écoulée sourit aux primo-accédants et investisseurs locatifs ou résidentiels, c’est bel et bien le contraire pour les épargnants. En particulier ceux ayant misé sur des contrats d’assurances-vie pour qui 2016 est synonyme de « cauchemar » financier.

Au cours de la rentrée 2016, les Français détenteurs d’un contrat sur un fonds en euros ont émis des inquiétudes à propos de la loi Sapin II. La loi adoptée par le Parlement prévoit la limitation des retraits en cas de crise financière. Une partie des épargnants ne pourrait donc pas retirer leurs fonds en cas d’incertitude économique.

Les épargnants en assurance-vie dans l’incertitude

Les faibles rendements attendus à moins de 2 % ainsi que les réformes de la loi Sapin II ont eu pour conséquences de détourner les épargnants des assurances-vie. Longtemps considérée comme le placement préféré des Français, l’assurance-vie n’a pas brillé notamment en termes de collecte nette.

Pour 2016, sa collecte s’établit à 16,8 milliards d’euros. Il s’agit d’une baisse considérable de presque 29 % puisqu’en 2015 elle affichait un montant de 23,6 milliard d’euros et 22,6 milliards en 2014. Pour rappel la collecte nette est la différence entre les versements et les retraits sur les contrats.

Malgré tout, l’assurance-vie fait de la résistance face aux nouveaux placements que sont l’investissement locatif et le crowdfunding immobilier. Pour preuve, son encours a progressé de 3 % pour atteindre 1 632 milliards d’euros.