Pourquoi les taux d’intérêt restent au plancher ?

Pourquoi les taux d’intérêt restent au plancher ?

Les derniers chiffres de l’Observatoire Crédit Logement/ CSA montrent que les taux d’intérêt des crédits immobiliers se sont établis en moyenne à 1,46 % le mois dernier. Cependant, pourquoi le coût du crédit reste très bas ? La tendance baissière va-t-elle durer ? Eléments de réponse.

Baisse continue des taux : quelles sont les principales raisons ?

Les ménages souhaitant devenir propriétaires de leur logement et ceux remboursant déjà un crédit immobilier peuvent bénéficier des conditions de financement particulièrement avantageuses. En fait, le mois dernier, les taux d’intérêt moyens (toutes les durées confondues et sans garanties) se sont établis à seulement 1,46 %, contre 1,47 % un mois plutôt, selon le dernier baromètre publié par l’Observatoire Crédit Logement/ CSA. Avec ce repli, les barèmes sont revenus à un niveau très proche de celui atteint en début d’année 2017. De fait, la durée moyenne des prêts est passée de 220 mois en avril à 224 mois en mai.

Par ailleurs, cette attractivité des conditions de financement peut être expliquée principalement par la concurrence de plus en plus forte que se livrent les établissements bancaires. A savoir qu’avec la suppression de plusieurs aides publiques à l’accession à la propriété et la baisse des demandes, les prêteurs cherchent à soutenir le marché du crédit immobilier, quitte à rogner sur leurs marges.

Autre élément à prendre en compte : les offres très agressives des banques en ligne qui proposent des conditions particulièrement compétitives, alors qu’elles n’étaient même pas sur le marché il y a quelques années. Cette situation exceptionnelle peut aussi être expliquée par la politique monétaire très accommodante mise en place par la Banque centrale Européenne.

La tendance baissière des taux d’intérêt va-elle durer ?

Dans le contexte actuel caractérisé par la forte concurrence entre banques traditionnelles, mais aussi entre ces dernières et les banques 2.0, les barèmes immobiliers continuent de perdre en pertinence. Désormais, les prêteurs se battent au cas par cas et pour chaque projet selon le profil emprunteur et le niveau de la concurrence locale. Cependant, cette tendance va-elle durer ?

A ce jour, aucun facteur ne laisse présager une hausse des barèmes des financements à l’habitat dans les semaines à venir. Au contraire, l’obligation assimilable du trésor à 10 ans de la France (OAT 10), l’une des principales références qui influent l’ensemble des taux d’intérêt, est restée à seulement 0,7 %, soit l’un de ses plus bas niveau depuis printemps 2017.

De ce fait, les prêteurs traditionnels et les banques en ligne peuvent maintenir les conditions attractives de financement et encore jouer sur leurs marges pendant quelques semaines, voire quelques mois. Pour les ménages qui souhaitent souscrire un crédit à l’habitat et les emprunteurs souhaitant faire un rachat de prêt immobilier, il y a une belle opportunité dans les semaines à venir pour prétendre aux conditions inédites de financement.


Dernières actualités Taux
Les emprunteurs négocient en priorité le taux d’intérêt Les emprunteurs négocient en priorité le taux d’intérêt 14/06/2018 - L’obtention d’un taux bas peut satisfaire les emprunteurs. Toutefois, d’autres...
Pourquoi les taux d’intérêt restent au plancher ? Pourquoi les taux d’intérêt restent au plancher ? 06/06/2018 - Les derniers chiffres de l’Observatoire Crédit Logement/ CSA montrent que les...
Taux d’intérêt : de plus en plus de banques proposent des décotes Taux d’intérêt : de plus en plus de banques proposent des décotes 01/06/2018 - Dans le contexte actuel marqué par une forte concurrence interbancaire, de plus...
Crédit : pas de tendance claire en matière de taux d’intérêt Crédit : pas de tendance claire en matière de taux d’intérêt 15/02/2018 - Dans le contexte actuel caractérisé par une baisse de la demande, les banques et...
Hausse des taux d’intérêt à long terme : quelle conséquence pour nos crédits ? Hausse des taux d’intérêt à long terme : quelle conséquence pour nos crédits ? 01/02/2018 - Des craintes liées à l’inflation au durcissement des politiques monétaires des...