Rachat de crédit immobilier : les taux d’intérêt repartent à la baisse

Rachat de crédit immobilier : les taux d’intérêt repartent à la baisse

Selon les réseaux d’intermédiaire bancaire, les taux d’intérêt des prêts immobiliers sont repartis à la baisse et atteignent des niveaux historiquement attractifs pour certaines durées de remboursement. Faut-il envisager un rachat de prêt immobilier maintenant ?

Prêt immobilier sur 20 ans : des conditions historiquement attractives

Si la plupart des réseaux d’intermédiaires bancaires et d’autres baromètres ont observé un léger recul des taux d’intérêt moyen en février, il faut savoir que la baisse est beaucoup plus importante pour certaines durées de remboursement, notamment les emprunts sur 20 ans. Pour certains observateurs, jamais un financement à l’habitat n’aura coûté aussi peu cher sur cette durée de remboursement : 1,55 % en moyenne (sans assurance, ni garanties).

Toutes durées confondues, les coûts moyens des financements immobiliers du secteur concurrentiel ont atteint 1,44 % le mois dernier, soit une légère baisse par rapport au mois de janvier (1,45 %), selon les données publiées par l’Observatoire Crédit Logement/CSA. Dans les détails, les différentes grilles tarifaires des établissements prêteurs montrent des reculs très marqués, compris entre 0,05 % et 0,15 %, selon les banques, les profils emprunteurs et les types de projets.

Par ailleurs, certains emprunteurs peuvent prétendre à des taux d’intérêt « réels » négatifs compte tenu du niveau d’inflation à 1,3 % enregistré le mois dernier. Cependant, même si cela est théoriquement le cas pour certains ménages, l’impact ne sera pas mesurable pour un épargnant qui peut constater une évolution du pouvoir d’achat théorique de son placement.

Les prêteurs multiplient et diversifient leurs offres

Malgré la hausse constatée des prix du mètre carré, le marché immobilier reste toujours favorable dans l’Hexagone, notamment grâce à des conditions de financement particulièrement intéressantes pour les particuliers. A savoir qu’afin de permettre à certains profils emprunteurs d’accéder à la propriété, les établissements bancaires ont diversifié leurs offres de financement. Il y a dix ans, pour pouvoir prétendre à un prêt de  200 000 euros sur 20 ans, un foyer devait avoir des revenus nets d’environ 4 000 euros.  A ce jour, grâce à la multiplication des offres, 2 900 euros nets mensuels peuvent suffire.

Pour cela, les établissements bancaires proposent des offres sur 30 ans, voire plus, afin de permettre à des ménages d’emprunter plus ou de rembourser moins à chaque échéance. Ainsi, la durée moyenne des contrats s’allonge : 230 mois (19,16 ans) en moyenne le mois dernier comme en janvier.

Conséquence logique de cette politique commerciale qui concerne la quasi-totalité des réseaux bancaires : la durée moyenne des emprunts n’a jamais été aussi longue en France et le coût relatif moyen des financements à l’habitat atteint désormais 4,3 années de salaires, contre 4,2 années il y a seulement un an. De ce fait, force est de constater que le poids des intérêts n’a jamais été aussi lourd.

Le rachat de crédit peut-il permettre de réduire le coût de ses encours ?

Avec 1,35 % sur 15 ans, 1,55 % sur 20 ans ou encore 1,75 % sur 25 ans pour certains emprunteurs, selon les réseaux d’intermédiaire bancaire, les taux des crédits à l’habitat repartent à la baisse et atteignent des niveaux historiquement bas pour certaines durées de remboursement.

Cependant, les taux bas ne signifient pas que les emprunts sont forcément bon marché. En fait, selon certains observateurs, les établissements bancaires n’ont pas assouplit leurs conditions d’octroi, ce sont juste les demandeurs de financement qui acceptent de s’engager sur des durées plus longues. Ce qui fait logiquement augmenter les coûts des emprunts. Cependant, le rachat de crédit immobilier, sous certaines conditions, peut permettre de baisser considérablement le coût de son emprunt à l’habitat.

Pour rappel, cette opération de banque permet de rembourser par anticipation le capital restant dû de ses encours afin de mettre en place un nouvel emprunt. Ainsi, pour optimiser le coût de son emprunt, la différence entre le taux initial et celui proposé pour l’opération doit être d’au moins 0,75 point de base. Le prêt à racheter doit être récent et le capital restant dû doit être important.


Dernières actualités Rachat de crédit
Crédit immobilier : faut-il s’attendre à de nouvelles baisses à la rentrée ? Crédit immobilier :  faut-il s’attendre à de nouvelles baisses à la rentrée ? 29/08/2019 - Alors que les taux d’intérêt des crédits immobiliers sont à des niveaux hi...
Changement de poste à la rentrée : comment optimiser les crédits en cours de remboursement... Changement de poste à la rentrée : comment optimiser les crédits en cours de remboursement ? 23/07/2019 - Proposées par le rachat de crédit, réorganiser ses prêts et rééchelonner le...
La renégociation et le rachat de crédit immobilier plébiscités par les Français La renégociation et le rachat de crédit immobilier plébiscités par les Français 29/04/2019 - La période des taux bas pousse la population à négocier de nouveau leur emprunt...
Taux bas, c’est le moment de renégocier ou racheter ses crédits Taux bas, c’est le moment de renégocier ou racheter ses crédits 02/04/2019 - La baisse des taux peut profiter aux emprunteurs dont le crédit est déjà en cours....
Rachat de crédit immobilier : les taux d’intérêt repartent à la baisse Rachat de crédit immobilier : les taux d’intérêt repartent à la baisse 11/03/2019 - Selon les réseaux d’intermédiaire bancaire, les taux d’intérêt des prêts...
En savoir plus - Rachat de crédit