Directive MCD : le TAEG va remplacer le TEG à partir du 1er octobre

Directive MCD : le TAEG va remplacer le TEG à partir du 1er octobre

Dans le cadre de la directive Européenne MCD (Mortgage Credit Directive) adoptée le 4 février 2014, le TAEG va remplacer le TEG à partir du 1er octobre 2016. Que change ce nouveau taux ?

Remplacement du TEG par le TAEG : ce qui change au 1er octobre

A partir du mois prochain, les demandeurs de crédit ne verront plus un taux effectif global (TEG) sur leurs offres et simulations de prêt, quel que soit le type de financement, mais un taux annuel effectif global (TAEG).

Ce changement initié par l’Union Européenne a pour but d’instituer un cadre juridique harmonisé à l’échelle Européenne pour la distribution du prêt immobilier et du financement hypothécaire. Cependant, même si ce remplacement n’influencera pas les mensualités ni les frais de notaire ou encore les garanties, il va modifier la manière de calculer le TAEG.

A ce jour, le TEG inclut le taux d’intérêt, le coût de l’assurance emprunteur, les frais de dossier, les frais de garantie et quelques frais annexes. A partir du 1er octobre, le nouveau TAEG va aussi intégrer ces mêmes éléments, mais il obligera les banques à intégrer dans les frais annexes, le coût d’évaluation du bien, les frais de tenus de compte, la souscription de parts sociales…

Qu’est-ce que cela change pour les emprunteurs ?

Même s’il sera légèrement différent du TEG, le nouveau taux annuel effectif global (TAEG)  n’aura aucune incidence sur le coût effectif du crédit (immobilier, consommation) ni sur les assurances. Cependant, il va permettre aux emprunteurs de mieux comparer les offres de financement (crédit, rachat de crédit).

Si pour une même offre, le nouveau TAEG pourrait être différentes du TEG, son principal intérêt est que tous les établissements bancaires en France et en zone Euro utilisent une même norme permettant aux emprunteurs de mieux comparer.

Le nouveau taux annuel effectif global va renforcer l’harmonisation du marché du crédit immobilier et hypothécaire à l’échelle Européenne. Toutefois, il va principalement concerner les marchés sur lesquels la garantie hypothécaire et les taux révisables sont majoritaires, ce qui n’est pas le cas de l’Hexagone.

Est-il toujours nécessaire de solliciter un intermédiaire bancaire ?

La principale nouveauté qu’apportera le nouveau taux annuel effectif global, c’est d’obliger les établissements bancaires et leurs intermédiaires à intégrer dans les frais annexes, divers frais et variés permettant de mieux comparer les éléments importants présents dans les offres et simulations de financement.

Dans ce contexte, le recours aux services d’un intermédiaire bancaire spécialisé pourra s’avérer plus que jamais utile. Grâce à sa connaissance du marché, des établissements bancaires, des principaux éléments de comparaison, il pourra détailler et expliquer à son client, différentes offres de financement ayant le même TAEG.

A savoir que pour pallier à certains obstacles à l’octroi d’un prêt et à un long délai de traitement de dossier, de plus en plus d’emprunteurs sollicitent les services d’un intermédiaire bancaire, dont l’une de principales taches est de comparer les différentes offres sur le marché, afin de proposer à chaque profil emprunteur l’offre la mieux adaptée.