Diminuer mes mensualités jusqu'à -60%

Financer mes projets grâce au rachat de crédit

Crédit immobilier : le taux moyen tout proche d’être en dessous de 1 %


Le prêt immobilier reste bon marché en période de taux historiquement bas.

A son plus bas historique en août 2021, le taux moyen des prêts à l’habitat confirme que les Français parviennent à financer leur projet immobilier pour un coût du crédit avantageux.

Un taux moyen de 1,05 % en août, du jamais vu

Pour le plus grand bonheur des nouveaux emprunteurs, l’évolution des taux d’intérêt des prêts immobiliers ne change pas. Comme pour les mois précédents, ils continuent de chuter jusqu’à des niveaux encore jamais atteints. Chargé entre autres de surveiller la production de crédit à l’habitat et les taux pratiqués par les banques, l’Observatoire Crédit Logement CSA a publié son dernier rapport comptant pour le mois d’août.

Avec 1,05 % pour le taux d’intérêt débiteur moyen sur toutes les durées confondues, c’est un énième record qui vient d’être battu. Dans le détail, les Français qui ont empruntés un prêt immobilier au cours de cette période ont bénéficié d’un taux moyen de 0,87 % sur 15 ans, de 0,99 % sur 20 ans et de 1,17 % sur 25 ans.

Déjà très faible fin 2020, la courbe des taux poursuit encore davantage sa baisse. Par rapport au mois de décembre dernier, les taux moyens ont par exemple baissé de 0,10 % sur 15 ans, de 0,11 % sur 20 ans, de 0,18 % sur 25 ans et enfin de 0,10 % sur toutes les durées.

Le nombre de prêts accordés reste en dessous des performances d’avant crise

Face à ces conditions d’emprunt qui n’ont jamais été aussi favorables pour les Français qui envisagent d’acheter un logement, qu’en est-il de la production des encours de prêt ? Depuis mars 2021, l’étude de l’Observatoire permet de mettre en lumière une relance du nombre de demandes de prêt immobilier avec une hausse constante jusqu’en juin.

Une tendance qui profite autant au marché du neuf que celui de l’occasion. Cette progression reste toutefois à nuancer car le niveau de production est encore nettement inférieur aux performances enregistrées avant la crise sanitaire.

Si la pandémie a de toute évidence mis un coup d’arrêt brutal au dynamisme du marché de l’habitat, notamment en fragilisant la situation économique de nombreux foyers français, d’autres éléments peuvent expliquer ce freinage. C’est le cas du prix des logements sur le marché de l’immobilier qui se situent toujours dans des tranches élevées. Pour devenir propriétaire, les foyers doivent payer un prix au mètre carré qui a été souvent en progression depuis quelques années, notamment dans les métropoles et les lieux attractifs.

Surtout, les banques ont été sommées par le Haut conseil de stabilité financière (HCSF) d’être plus vigilantes en durcissant leurs critères d’octroi. L’autorité rattachée à Bercy tient à ce qu’elles veillent à maintenir un niveau de rentabilité suffisant et à prêter aux profils qui ont de bonnes garanties financières. Résultat, il est alors plus difficile pour les nouveaux emprunteurs d’obtenir un accord de prêt immobilier sans un dossier solide (revenus élevés et stables, apport personnel, taux d’endettement sous 35 %...). Autre exemple, le HCSF a coupé court aux nouveaux emprunts d’une durée supérieure à 25 ans, ce qui réduit le nombre de foyers éligibles au financement immobilier.

Quelles sont les perspectives dans les mois à venir pour les taux de crédit immobilier ?

Toujours dans cette idée de pousser à l’acte d’achat un grand nombre de foyers, les banques ne risquent pas d’inverser brusquement la courbe des taux d’intérêt. Face à la concurrence et au besoin d’atteindre leurs objectifs commerciaux, les conditions d’emprunt devraient se montrer toujours favorables pour le dernier trimestre de 2021, voire au-delà. Une perspective soutenue par la Banque centrale européenne via ses taux directeurs qui encouragent les banques à prêter de l’argent aux particuliers.

Mais jusqu’à quand les taux vont-ils continuer à baisser ? Les spécialistes n’arrivent pas à répondre formellement à cette question. Beaucoup pensaient que le plancher-record était déjà atteint quand le taux moyen se situait aux alentours de 1,15 % en fin d’année 2020. Le suspense autour du feuilleton des taux de crédit à l’habitat est donc loin d’être clôturé. Réponse dans les prochains mois.

À propos de Mathieu Dubuffet

Grâce à son parcours bancaire, Mathieu maîtrise la thématique de la finance. La précision et la rigueur factuelle sont au cœur de ses rédactions.