Les taux d’intérêt ne remonteront pas avant 2016

Des intermédiaires bancaires aux établissements prêteurs en passant par les différents observatoires, tous les acteurs du marché du crédit immobilier pronostiquent que les taux d’intérêt ne devraient pas évoluer d’ici début 2016.

Les taux devraient se maintenir à des niveaux très bas

Selon certains spécialistes, les taux d’intérêt des crédits immobiliers devraient se maintenir à un niveau très attractif jusqu’à la fin de l’année.

Cependant, les banques restent submergées suite à la forte demande des mois précédents sur les prêts immobiliers et les regroupements de crédits.

Avec des objectifs atteints depuis juillet, certains prêteurs traitent en priorité les dossiers autoroutes, c’est-à-dire, des projets de financement sans prêt relais, avec apport disponible et une situation professionnelle stable (CDI, Fonctionnaire).

Les banques ont déjà commencé à préparer leur production de 2016, elles veulent à nouveau manifester leur présence vis-à-vis de la demande de crédit immobilier et de rachat de prêt.

Rassurées par les perspectives économiques, les banques assouplissent leurs critères d’octroi avec des conditions de financement très favorables aux emprunteurs jusqu’à la fin de l’année.

Par ailleurs, même avec des conditions d’octroi légèrement assouplies, les établissements bancaires se montrent de plus en plus gourmands et cela se traduit par une tension sur les taux d’intérêt.

Vers une baisse des taux en 2016 ?

On se demande toujours si c’est le bon moment de faire un regroupement de crédit (immobilier, consommation) ou d’acheter un bien immobilier ?

En fait, quand les taux sont attractifs, il est rare que les conditions de crédits le soient aussi. Ces deux facteurs sont réunis en ce moment. Cependant, qu’en seront-ils en 2016 ?

En fait, le marché du crédit immobilier est soumis à l’évolution de la conjoncture économique, de la politique monétaire de la Banque centrale Européenne et des stratégies commerciales des prêteurs.

Avec des indicateurs conjoncturels qui ne devraient pas évoluer dans les mois à venir et d’une compétition rude entre établissements prêteurs, les conditions de financement devraient rester très avantageuses et pourraient même s’améliorer davantage en 2016.

La marge financière des prêteurs reste toujours importante, ce qui pourrait leur donner une marge de manœuvre significative en 2016.

Sous réserve d’un retour de l’inflation, les taux d’intérêt ont toutes les chances de rester à leur niveau actuel jusqu’à la fin de l’année et de reculer à nouveau en 2016.