Le compte sans banque arrive en grande surface

Le compte sans banque arrive en grande surface

A partir du 18 avril, les clients d’une chaîne de magasins pourront trouver un kit d’ouverture de compte courant dans les rayons. Ce compte sans banque se réclame moins cher et facile d’utilisation.

Le compte courant sans banque, une solution moins onéreuse

En France, toutes les personnes physiques ont le droit de détenir un compte en banque. Pourtant, s’il s’agit d’un droit, les banques sont en mesure de refuser l’ouverture d’un compte. Le demandeur devra alors remplir une demande de droit au compte qui sera transmise à la Banque de France. L’institution désignera d’office une agence bancaire. Mais depuis 2012, une alternative existe sur le marché français : le compte Nickel. Avec ce compte sans banque, l’usager peut profiter d’une carte de paiement électronique qu’il devra alimenter au fur et à mesure. La simplicité de ce type de compte réside dans sa souscription. Cette dernière se déroule chez un buraliste et requiert quelques minutes pour être activée.

Avec des frais bancaires quasi-inexistant – seulement 20 euros par an – le compte Nickel a su séduire de nombreux consommateurs. Depuis, le modèle du compte sans banque a fait des émules notamment depuis l’avènement des FinTech. Dans les semaines à venir un nouveau service va être proposé aux Français : ouvrir un compte en grande surface. A partir du 18 avril, une enseigne de grande distribution va mettre en vente un kit d’ouverture de compte. En pratique, il s’agira d’activer une carte de paiement jointe à un compte alimenté par l’usager.

12 euros par an pour les frais de tenue de compte

Selon la marque, 10 minutes suffiront pour que le compte courant soit effectif. Au moment de passer en caisse pour régler la « box bancaire », le client devra justifier de son identité. Le compte sans banque sera géré depuis une application dédiée sur smartphone ou tablette. Le consommateur aura notamment l’opportunité de bloquer sa carte bancaire en cas de vol ou de perte. L’offre C-Zam constitue donc uniquement un compte courant. Les découverts ne sont pas autorisés et aucun chéquier ne sera mis à disposition. Si l’accès au compte sans banque se démocratise, avec cette nouvelle version les usagers devront toutefois se montrer à l’aise avec la gestion en ligne de leur budget.

Ce nouveau compte aura un coût modique puisque les frais de tenue de compte seront facturés 12 euros par an. L’euro facturé à chaque retrait d’argent liquide à un distributeur de billets devrait inciter les usagers à payer avec la carte. En revanche les retraits seront gratuits dans le réseau de distribution de la marque et celui de sa banque partenaire. A l’instar du compte Nickel, C-Zam apparait comme une alternative aux produits bancaires classiques. Moins onéreux, la solution s’adresse à ceux qui utilisent leur compte courant pour les opérations basiques à savoir les prélèvements et les virements.


Dernières actualités Fintech
Les fintechs ont-elles atteint leurs limites ? Les fintechs ont-elles atteint leurs limites ? 21/10/2017 - Le nombre de créations de jeunes pousses de la finance a considérablement baissé...
Les Fintechs et le marché du crédit : l’union fait la force Les Fintechs et le marché du crédit : l’union fait la force 14/10/2017 - A l’occasion du Lendit Europe, les fintech œuvrant dans le secteur du crédit...
La DSP2, c’est quoi ? La DSP2, c’est quoi ? 11/10/2017 - La deuxième directive européenne sur les services de paiements (DSP2) doit entrer...
Statut des Fintech dans l’Europe : ça avance Statut des Fintech dans l’Europe : ça avance 10/10/2017 - Lors du dernier Ecofin rassemblant 28 ministres des Finances, la place et le statut...
Banque et intelligence artificielle : qu’en est-il ? Banque et intelligence artificielle : qu’en est-il ? 04/10/2017 - Gain de productivité, baisse des coûts, optimisation des marges… tels sont entre...