0 800 860 860

Le redressement du crédit à la consommation se confirme

Favorisé par le crédit auto (LOA), la production des prêts à la consommation est sortie du rouge en 2014 avec une croissance de 1,2 %. L’année dernière, la reprise s’est confirmée avec une production de 36,7 milliards d’euros, soit une hausse de 6,3 %.

Le prêt à la consommation a aussi le vent en poupe

Selon, les derniers chiffres publiés par l’ASF (association des sociétés financières), qui rassemble les banques spécialisées, le prêt à la consommation a enregistré une hausse de 6,3 % de sa production en 2015, soit 36,7 milliards d’euros prêtés aux consommateurs Français.

L’association affiche également que la tendance se confirme sur les premiers mois de l’année 2016 avec une croissance de 7,3 % sur un an. Cependant, cette tendance est principalement liée à la relance du marché automobile.

Avec près de 2 millions de véhicules neufs immatriculés en France en 2015, le crédit auto constitue le moteur essentiel de cette reprise. Sur janvier, ce type de financement était en hausse de plus de 26 % sur un an.

Depuis plusieurs années, les offres de location avec option d’achat (LOA) rencontrent un succès remarquable. Sur 12 mois, la production de ce financement a progressé de 54 %, soit 327 millions d’encours supplémentaires.

La production est toujours inférieure au pic de 2008

Selon les spécialistes du secteur, le crédit à la consommation a aussi le vent en poupe, mais cette hausse continue ne suffit pas pour le moment pour que l’activité retrouve le niveau de production d’avant-crise.

A savoir que, même si la reprise s’est confirmée en 2015, la production reste en retrait de 18 % par rapport à au pic historique constaté en 2008. Soit une production annuelle réduite de 8 milliards d’euros selon l’Association des sociétés Financières (ASF).

Les raisons de ce phénomène sont entre autre la baisse des financements renouvelables. Ce type d’emprunt est en perte constante de vitesse depuis l’entrée en vigueur de la loi Lagarde.

De plus, la réglementation est aussi considérée par les spécialistes du secteur comme un facteur impactant négativement ce marché. L’ASF a d’ailleurs affiché ses inquiétudes concernant l’arrivée de nouvelles mesures de lutte contre le surendettement ou encore le mal-endettement.

Le prêt à la consommation peut faire l’objet d’un regroupement de crédits

Pour financer l’achat d’un bien (véhicule, électroménager, ameublement…) ou d’un service (voyage, travaux, étude…), le prêt à la consommation est souvent la principale, voire unique option de nombreux ménages.

Cependant, l’accumulation de plusieurs encours peut engendrer des difficultés financières telles que le surendettement ou le mal-endettement. Pour prévenir ces genres de situations, le regroupement de crédit peut être une véritable alternative.

Rappelons que cette opération bancaire consiste à regrouper plusieurs emprunts en un seul à mensualité allégée et réadaptée aux finances de l’emprunteur.

A savoir que tous les types de prêts à la consommation (affecté ou non, personnel, renouvelable) peuvent faire l’objet d’un rachat de crédits sous conditions d’éligibilité de l’emprunteur.