0 800 860 860

Pourquoi les taux d’intérêt sont si bas en ce moment ?

Bonne nouvelle pour les emprunteurs, la baisse des taux d’intérêt des crédits immobiliers s’accentue, à tel point que le coût moyen du crédit est descendu sous le niveau historiquement bas du printemps 2015. Cependant, pourquoi sont-ils si bas en ce moment ?

Le record du printemps 2015 n’aura pas tenu longtemps

Selon l’Observatoire Crédit Logement/CSA, les Français se sont endettés à 2,09 % en moyenne le mois dernier (hors assurance, toute durée confondue). Par ailleurs, une autre étude a montré que les Français se sont endettés sur 20 ans à 2,20 % en moyenne en février.

De ce fait, les taux d’emprunts immobiliers sont descendus sous la barre atteinte en mai 2015. Rappelons que sur 20 ans, la moyenne s’établissait à 2,23 %.

Cette nouvelle tendance est une bonne nouvelle pour les ménages candidats à l’acquisition immobilière, mais aussi pour ceux qui sont déjà endettés, mais qui peuvent renégocier ou faire racheter leurs encours.

La politique de la BCE favorise la baisse des taux

Malgré quelques hausses ponctuelles au cours de l’été 2015, la tendance baissière des taux était attendue et prévue par certains observateurs.

En fait, les remontées constatées en 2015 étaient volontaires, une nécessité pour certaines banques qui étaient submergées par des dossiers de renégociation et de rachat de crédit.

Cependant, force est de constater que la baisse actuelle est favorisée par le contexte actuel. En fait, depuis plusieurs mois, les banques peuvent financer leurs activités à faible coût grâce à la politique accommodante « et non conventionnelle » de la banque centrale Européenne (BCE).

A regarder de près, la formule semble simple et logique : tant que les prêteurs auront de liquidités massives sur le marché, il n’y aura aucune raison qu’ils remontent leurs barèmes.

La politique des banques favorise aussi ce mouvement

Même si la politique de l’institution de Francfort permet aux banques de réviser à la baisse leurs barèmes, il faut s’intéresser aux politiques commerciales de ces dernières pour mieux comprendre ce mouvement.

La baisse observée depuis plusieurs mois n’est pas uniquement mécanique, ni contextuelle, elle dépend aussi de la politique commerciale des prêteurs et de leurs objectifs. Cette année, l’objectif des banques est très élevé.

En plus des taux bas, les banques ont assoupli davantage leurs critères d’octroi et diversifient leurs offres de prêts afin de favoriser les jeunes emprunteurs et les ménages modestes.