L’histoire du regroupement de crédit en France

L’histoire du regroupement de crédit est étroitement liée à l’histoire et à l’évolution du crédit à la consommation. 

Tout commence après la première guerre mondiale, afin de permettre aux foyers d’acheter les premières voitures et accroitre leurs productions, les constructeurs d’automobile comme Renault et Citroën mettent en place des moyens de financement à crédit. En 1940, ce type de financement à crédit a représenté près de 25 % des acquisitions automobiles.

Hypermarché Carrefour hypermarché à Sainte-Geneviève-des-BoisAprès la deuxième guerre mondiale, le crédit à la consommation à une très mauvaise réputation notamment à cause de son taux d’intérêt jugé très élevé. Au début des années 1950, la reconstruction est terminée. L’objectif principal des autorités et des industriels est de relancer l’activité économique, la productivité et la consommation.

Conscients du pouvoir d’achat très faible des Français, les industriels en partenariat avec les banques créent des organismes de crédits censés financer à crédit les dépenses courantes et nécessaires des ménages.

Les autorités favorisent ce type de financement pour faire de ce crédit le principal moyen de relance de la production industrielle, de la consommation et enfin de la croissance. Ainsi, le crédit à la consommation sous toutes ses formes se développe rapidement pour toucher une bonne majorité des foyers Français. Face à une demande croissante et à l’absence totale de réglementation, le crédit « noir » prospère et touche à son tour une grande majorité des ménages Français « c’est le début du surendettement ».

Toutefois, les années 1960 voient la naissance du crédit renouvelable et de la société de consommation. Le plein-emploi étant presque assuré, tous les foyers veulent posséder une voiture, s’équiper des dernières innovations en électroménager et d’autres biens de consommation.

Ainsi, le crédit renouvelable fait son apparition dans les grands enseignes et dans les sociétés de vente par correspondance. Ce type de crédit sera également proposé par les banques sous forme de montant permanent. Les Français sont régulièrement sollicités à s’endetter. Que ça soit pour faire des courses, partir en vacances, acheter une voiture, les offres de crédit sont de plus en plus personnalisées, ciblées et accessibles.Logo Commerzbank

A la fin des années 1970, l’endettement croissant des ménages dû à l’accumulation des crédits à la consommation devient un phénomène inquiétant. Ainsi le rachat de crédit fait son apparition dans les années 1980.

Les banques Allemandes comme la Credit Commerzbank et le Hamburghyp Hypotheken sont les premiers établissements à proposer aux particuliers endettés des offres de regroupement de crédits.

En France, le Crédit Foncier Communal d’Alsace-Lorraine et la Royal Saint George Bank deviennent les pionniers du regroupement de crédit. Cependant, ce ne sont pas ces grandes banques qui ont développé le regroupement de crédit, mais les intermédiaires en opérations de banque (IOB).

La philosophie des banques traditionnelles n’était pas de remplacer un crédit par un autre, surtout à un taux plus bas, elles n’avaient pas d’offres adaptées. Néanmoins, elles avaient rapidement compris la nécessite de s’appuyer sur les IOB.

En mandatant les IOB, les banques de dépôt ont rapidement augmenté leur nombre de clients sans avoir à les démarcher. Ainsi différentes offres de regroupement de crédit ont vu le jour.

Par la suite, le regroupement de crédit est resté très peu sollicité et inconnu du grand public jusque dans les années 2000. De 2003 à 2007, le regroupement de crédit a été très sollicité et a connu une forte croissance. Mais comme tous les produits financiers, le regroupement de crédit a été impacté par la crise économique et financière commencée en 2007. Durant les années de crises, les taux d’intérêts des crédits ont fortement augmenté et cela s’est ressenti au niveau du regroupement de crédit.