Surendettement, le nombre de procédure continue de baisser

Surendettement, le nombre de procédure continue de baisser

Selon les résultats d’une récente étude réalisée par l’Observatoire de l’Inclusion Bancaire (OIB), le nombre des procédures de surendettement a considérablement baissé en 2016. Une « tendance de fond » juge la Banque de France.

Baisse des dossiers de surendettement : troisième année consécutive

Selon l’Observatoire de l’Inclusion Bancaire (OIB), les procédures de surendettement ont enregistré une baisse spectaculaire de 11 % en 2016, après un recul de 2 % commencé en 2014 et confirmé en 2015 (-6 %). Il s’agit ainsi de la troisième année de baisse consécutive des procédures de surendettement.

Toujours selon la même étude, l’endettement moyen des Français a aussi diminué considérablement entre 2011 et 2016 pour s’établir désormais à un peu plus de 27 000 euros. Pour la Banque de France, il s’agit désormais d’une tendance de fond et une véritable avancée dans la lutte contre la fragilité financière.

Par ailleurs, cette baisse continue depuis 3 ans s’explique principalement par le recul des crédits à la consommation, notamment le prêt renouvelable. Les chiffres montrent que la part des financements à la consommation dans les dossiers de surendettement est passée de 58,2 % en 2011 à seulement 39,3 % l’année dernière. Pour les observateurs, il s’agit d’une conséquence de la Loi Lagarde de 2010 qui a permis d’encadrer strictement le marché du prêt à la consommation et plus particulièrement le prêt renouvelable en renforçant les obligations de protection vis-à-vis des consommateurs.

Pour les spécialistes, cette tendance baissière des dossiers de surendettement devrait se renforcer dans les mois et années à venir, toutefois, la prudence est de mise puisque les causes de surendettement des ménages évoluent.

Charges courantes : nouvelles causes du surendettement

L’autre enseignement principal de l’étude de la Banque de France est que le surendettement des ménages a évolué. Si les prêts à la consommation ont longtemps été considérés comme les principales cause du surendettement des ménages, il faut savoir que les charges courantes étaient davantage responsables du surendettement des Français ces dernières années, selon la Banque de France.

Les chiffres publiés par la Banque de France, 19,3 % des dossiers recevables en termes de surendettement en 2016 ne présentaient aucune trace de prêt à la consommation. Cette proportion était de 10,5 % en 2011.

Par ailleurs, la part des charges courantes dans les procédures de surendettement sont passées de 17 % en 2011 à près de 24 % en 2016. De ce fait, force est de constater que de plus en plus de Français s’endettent pour payer leurs factures. Une tendance qui inquiète particulièrement les observateurs de la Banque de France.


Dernières actualités Banque
Le livret d’épargne le plus apprécié des Français poursuit son euphorie en 2019 Le livret d’épargne le plus apprécié des Français poursuit son euphorie en 2019 23/05/2019 - Malgré un taux figé à 0,75% depuis 2015, les épargnants ont placé beaucoup de liquidité sur le livret A avec plus de...
Retraits aux distributeurs : vont-ils coûter plus cher ? Retraits aux distributeurs : vont-ils coûter plus cher ? 22/05/2019 - Avec la multiplication des cartes bancaires, les retraits auprès des réseaux concurrents augmentent également. Les banques...
Une nouvelle banque en ligne arrive dans l’Hexagone Une nouvelle banque en ligne arrive dans l’Hexagone 20/05/2019 - Une néo-banque française va bientôt proposer son offre sur le territoire. Mais arrive-t-elle après la bataille comme
La loi Pacte va-t-elle mettre fin à la domiciliation bancaire obligatoire ? La loi Pacte va-t-elle mettre fin à la domiciliation bancaire obligatoire ? 03/05/2019 - L’obligation de domicilier ses salaires dans la banque qui octroi le prêt immobilier pourrait toucher à sa fin. Les ...
Les banques sont-elles obligées de se diversifier ? Les banques sont-elles obligées de se diversifier ? 30/04/2019 - Les Fintech et les néobanques contraignent les banques classiques à innover en permanence. Les banques traditionnelles...