Le succès de la carte bancaire ne se dément pas

Le succès de la carte bancaire ne se dément pas

Les Français et leur carte de crédit, c’est une histoire qui dure. Le nombre d’opérations de paiement réalisées à l’aide d’une CB est en augmentation.

Payer par carte bancaire, un réflexe bien français

Achats sur internet obligent, la carte bleue devient un incontournable pour les internautes. Plus rapide et très facile d’usage, la carte électronique de paiement permet d’accélérer les commandes en ligne. Sans surprise, la CB est privilégiée par les consommateurs car par rapport à un règlement par chèque ou par virement, les fonds sont rapidement transférés. En conséquence le e-commerçant peut procéder à une livraison express dès le paiement effectué. Se passer d’une carte bancaire, aujourd’hui, c’est aller à contre-courant de la marche du commerce 2.0.

Le succès de la CB n’est plus à démontrer car son usage massif a encore été prouvé lors du dernier Black Friday 2019 au cours duquel ce sont pas moins de 56 millions de transactions qui ont été passées par carte électronique. Constaté sur une seule journée, ce chiffre spectaculaire constitue un véritable record pour le commerce tricolore. Cela traduit également l’engouement des Français pour leur carte bancaire puisqu’ils sont plus de 80 % à la juger « efficace et rapide ». Pourtant, à l’aube de l’année 2015, les choses semblaient bien différentes. En effet, la carte bleue était en recul à l’époque en matière de circulation avec 77 millions d’unités contre 87 millions six ans plus tôt.

L’année passée, les paiements par carte de crédit (ou de débit) ont enregistré pas moins de 13,3 milliards de transactions soit 10 % de plus par rapport à 2017. C’est donc un véritable plébiscite.

La carte bleue face aux nouvelles solutions de paiement

De plus, à l’heure du tout numérique et de l’arrivée sur le marché de nouvelles solutions de paiement de la part des GAFA, mais aussi des Fintech, l’usage de la « bonne vieille » carte à puce peut rassurer. D’un côté, payer avec son smartphone ou sa montre connectée peut soulever des craintes dans une époque où la protection des données est au cœur des débats. La CB apparait donc comme un moyen plus sûr, car même si l’argent est dématérialisé, le support, lui, reste physique.

Les commerçants ont bien saisi le succès de la carte de paiement. Ils y contribuent en n’hésitant plus à s’équiper en TPE (terminal de paiement électronique) et en acceptant les petits montants même pour une poignée d’euros. Dans une époque pas si lointaine, des marchands refusaient la CB pour un règlement inférieur à 12 ou 15 euros. Le réflexe de la carte de crédit est tel qu’il devient inimaginable de laisser un plancher pour une telle opération. La fin de la carte bleue n’est donc pas prête d’arriver, bien au contraire…